Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tribunal de Pau : le procès d'une mauvaise voisine

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Maryse a abusé de la faiblesse de Jacqueline. Elles étaient voisines dans un immeuble d'Orthez. Elle a "pris en main" la vie de la vieille de dame de 90 ans, jusqu'à entamer son maigre compte en banque

La salle d'audience du tribunal correctionnel de Pau
La salle d'audience du tribunal correctionnel de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Une Orthézienne de 70 ans a été condamnée ce lundi par le tribunal judiciaire de Pau à un an de prison avec sursis pour abus de faiblesse. Sa victime est sa voisine, âgée de 90 ans aujourd'hui.  Entre avril 2015 et janvier 2019 elle a détourné des comptes de la vieille dame, vers les siens, 21 000 euros. Elle avait gagné sa confiance jusqu'à avoir une totale emprise sur elle.

À la limite de maltraitance

Le délit de maltraitance n'a pas été retenu par le parquet, mais on en n'était pas très loin. Après l'interpellation de Maryse, Jacqueline a raconté aux gendarmes qu’elle n’avait plus rien à manger. Qu'elle ne se nourrissait plus que de biscottes depuis deux semaines. Elle pesait 36 kilos. Maryse avait pris la main sur la vie de Jacqueline. Elle avait procuration bancaire et détenait le chéquier, la carte bancaire, même la carte vitale et les pièces d’identité de sa voisine.

Une victime sans fortune

La vieille dame n’était pas une rentière aisée, elle avait 1 200 euros par mois mais de cette petite pension. Maryse a quand même détourné, en un peu moins de 4 ans, 20 900 euros. Alors c’est vrai, elle faisait le ménage chez elle. Elle était sa seule compagnie. Une dame de compagnie omniprésente, et même autoritaire par moments. À l’audience Maryse reconnait les faits, en tentant maladroitement de relativiser le tableau : elle affirme au tribunal que Jacqueline "a toujours eu à manger".  Cette simple phrase raconte à elle seule l’emprise de cette dame sur sa vieille voisine. L'Orthézienne s’est vue également confisquer par la justice les sommes saisies sur ses comptes bancaires.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess