Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tribunal de Pau : le procès de la violence routière, dans toute sa douleur

vendredi 29 juin 2018 à 9:09 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Véronique a été jugée ce jeudi à Pau pour avoir causé la mort d'un motard sur la route en octobre dernier. Le temps d'envoyer un petit texto, elle a dévié et percuté la moto de Pierre, qui arrivait en face.

L'usage du téléphone au volant a fait un mort ce jour là
L'usage du téléphone au volant a fait un mort ce jour là © Radio France - Daniel Corsand

Espoey, France

Un procès très douloureux s'est tenu ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Pau. On a jugé Véronique, 51 ans, parce qu'elle a causé la mort de Pierre, 57 ans. Le 11 octobre dernier, elle a envoyé un texto en roulant. Dans un virage à Espoey, sur la route de Tarbes, elle s'est déportée et elle a percuté Pierre qui roulait en moto dans le sens inverse. Pierre n'a pas survécu à ses blessures.

"Je m'en veux tellement"

Véronique est encore bouleversée et en état de choc neuf mois après l'accident. Tout de suite elle s’effondre à la barre, à la simple lecture de l’intitulé de cette affaire. Tout de suite elle dit : "pourquoi j'ai fait ça? Je m'en veux tellement. D'habitude j'appelle avant de partir". Elle ne se trouve aucune excuse. Elle reconnait sa très grande faute. Elle a envoyé ce SMS,"Je pars", à sa fille. "Oui, oui j'étais en train de conduire!" reconnaît-elle. Elle a accepté de prendre la leçon du président, qui ne lui épargne aucun détail, aucune précision : la jambe arrachée de Pierre, le rapport du légiste qui décrit le processus médical de sa mort. "Je pense tous les jours à lui" dit-elle. "Ça va vous poursuivre encore longtemps" lui répond le magistrat. Elle fait aussi ce qu'elle n'a jamais eu le courage de faire. Elle s'excuse auprès de la famille de Pierre. Elle a une lettre dans son sac à main. Une lettre qu'elle n'a jamais osé envoyer. Après le procès, Véronique est allée dire quelques mots à Chloé, la fille de Pierre, en lui caressant la joue.

"Rentrez dans vos voitures et laissez vos portables"

Liliane Saulnier-Verdoux est la belle sœur de Pierre, la femme de son frère. Elle a soutenu la famille présente pendant l'audience. Il y avait la mère de Pierre, sa fille Chloé, également. Les autres n'ont pas trouvé la force de venir. Liliane est venue raconter la détresse de sa famille, toute en dignité. Pierre était le pilier de la famille. C'était aussi un chef d'entreprise, sa société périclite depuis sa mort.  

Les mots de Liliane au nom de la famille de Pierre

Le tribunal rendra son jugement le 13 août. Le parquet a demandé deux ans de prison avec sursis à l'encontre Véronique.