Faits divers – Justice

Tribunal de Pau : le voleur de cartes Pokémon préfère la prison à la rue

Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn et France Bleu lundi 13 novembre 2017 à 20:27

L'entrée de la salle d'audience au palais de justice de Pau
L'entrée de la salle d'audience au palais de justice de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Un SDF de 32 ans a comparu ce lundi devant le tribunal correctionnel de Pau pour un vol à l'étalage. Il a chapardé des cartes Pokémon dans une grande surface. Il a déclaré à la justice préférer la prison à la rue.

Rida, SDF, a été condamné à trois mois de prison ferme ce lundi après midi. Trois mois auxquels s'ajoutent cinq autres mois ; un sursis qu'il avait au dessus de la tête depuis une précédente condamnation du mois d'avril. Rida, en suivant l'escorte qui le conduisait à la maison d'arrêt a dû faire ses comptes. Il est en prison jusqu'au printemps. Mission accomplie.

Voler des cartes "Pokémon" pour un ami

Rida a été un bon élève. Son BTS de commerce en poche, il travaillait et menait une existence "normale" ; c'est l'adjectif qu'il a employé à l'audience. A cause d'une mauvaise fréquentation il a été condamné une première fois, pour une affaire grave d'association de malfaiteurs il y a près de 10 ans. Depuis sept ans, il est résigné et multiplie les petits vols. Vendredi il s'est une nouvelle fois fait prendre. Il voulait remercier un ami qui l'a dépanné de 300 euros. Comme il n'a pas cette somme, il a répondu à sa commande. L'ami est un "dresseur" de Pokémon. Il a volé, à sa demande, des cartes Pokémon. Une premier fois le matin, mais il s'est fait prendre l'après midi par les vigiles du centre commercial, avec sur lui trente paquets de cartes à 5 euros 90 le paquet. Le juge a fait l'opération à l'audience. Cela fait 177 euros.

Plutôt la prison que la rue

Comme au procureur lors de son déferrement, et comme au juge des libertés et de la détention qui l'a écroué ce weekend, Rida a expliqué à son avocate, Me Marion Tourraille, qu'il préfère la prison à la rue surtout l'hiver. Son conseil a tenté de lui expliquer que c'est trop demander à la défense de plaider de l'emprisonnement. Mais dans sa plaidoirie elle a expliqué l'état de résignation de cet homme au "fond dépressif" qui enchaîne les condamnations. C'est sa troisième comparution immédiate en un an et demi.

La situation dans la rue l'hiver est particulièrement dure. On peut être amené à voler des cartes Pokémon pour avoir un petit peu d'argent, et demander à être mis en détention plutôt que d'être dans la rue. — L'avocate de Rida

Me Marion Touraille explique l'errance de son client