Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tribunal de Pau : le procès ce lundi des arnaqueurs présumés d'une vieille dame de 90 ans

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu

Pendant quatre ans, les deux hommes ont vendu pour près de 40.000€ de marchandises à une vieille dame de plus de 90 ans qui vit seule à Bérenx. Ils sont jugés pour abus de faiblesse ce lundi.

Le palais de justice de Pau
Le palais de justice de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Bérenx, France

Des arnaqueurs présumés sont jugés par le tribunal correctionnel de Pau ce lundi ; deux hommes de 65 et 57 ans. Les patrons d'une société de vente à domicile. Ils répondent d'abus de faiblesse d'une personne vulnérable. La victime est une dame de Bérenx, près d'Orthez âgée de 93 ans aujourd'hui. Les deux lui ont vendu en quatre ans pour 39.000 € d'électroménager et de hifi. 

Un aspirateur à 4.000€

En faisant l'inventaire de tout ce que cette dame a acheté, on se dit qu'elle était sans doute trop bonne cliente pour que les vendeurs soient honnêtes. C'est pour cela que le parquet a décidé de poursuivre : une télé à 2.000 €, une alarme, une barre de son  (des enceintes de très haute fidélité et très haute puissance). De l'électro ménager aussi, comme cet aspirateur qui lui a coûté, avec tous les accessoires, 4.000 € !

Une vulnérabilité apparente

Cette dame vit seule à Bérenx. Sans famille proche visiblement. Si le pot au rose a été découvert, c'est parce qu'elle a demandé à une petite cousine de gérer ses affaires le temps d'une hospitalisation. Celle ci a très vite repéré ces dépenses sur les talons du chéquier de la vieille dame. Notamment cet achat d'aspirateur. Les deux commerçants vont plaider la relaxe, expliquant en gros qu'ils ont le droit de faire des affaires. Sauf qu'une expertise médicale a établi la vulnérabilité de cette femme du quatrième âge. Une vulnérabilité visible que les commerçants ne pouvaient que constater. Et puis dans leur casier judiciaire il y a cette condamnation pour des faits similaires qui fait tâche.

Choix de la station

France Bleu