Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tribunal de Pau : un maquignon basque nie avoir volé quatre pouliches à un autre négociant

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu Pays Basque

Jean-Paul, 64 ans, maquignon à Itxassou a été jugé ce mardi à Pau pour le vol de quatre pouliches à un autre négociant avec qui il était en affaire. Lui affirme avoir payé ces jeunes juments, à la mode ancienne.

Le palais de justice de Pau
Le palais de justice de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Ordiarp, France

Un maquignon d'Itxassou a été jugé ce mardi par le tribunal correctionnel de Pau. Jean Paul, 64 ans, répond du vol de quatre pouliches en Mai 2018. Il est soupçonné d'avoir pris ces quatre jeunes juments sur la pâture de Michel, un négociant souletin à Ordiarp. L'audience a été une immersion dans le monde des maquignons du pays basque intérieur.

En espadrilles et bleu de travail

Jean-Paul s'est présenté au juge en espadrilles et dans son pantalon de bleu de travail. Avec son accent à couper au couteau, il a tenté de convaincre le président, visiblement amusé, qu'il est en fait victime d'une escroquerie. "Je lui ai acheté ses pouliches sur la table de sa maison", comprenez en liquide : 4 fois 60 euros, sans factures ni documents. "Ça fait 45 ans que je fais du négoce. Il y a des endroits où il y a une parole. J'ai la tête haute". C'est sa façon de faire comprendre au tribunal que dans le commerce des bestiaux, l'honneur vaut mieux que n'importe quel contrat. 

"Hitza Hitz" et code pénal

Sauf que la justice s'accommode assez mal du Hitza Hitz, ce top là des maquignons que l'on peut traduire par "une parole est une parole".  Jean Paul ne peut pas fournir les papiers de Paulette, Pierrette, Pirouette et Lilia. Ce sont les noms de ces quatre pouliches. Alors le plaignant a beau jeu d'affirmer qu'en fait, Jean Paul est venu se servir dans sa pâture d'Ordiarp.

Le tribunal rendra son jugement le 19 novembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu