Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tribunal de Périgueux : deux gilets jaunes jugés pour outrage sur des forces de l'ordre

-
Par , France Bleu Périgord

Deux gilets jaunes étaient jugés ce mercredi 24 mars par le tribunal de Périgueux pour "outrage à personne dépositaire de l’autorité publique". Le jugement a été mis en délibéré.

Le jugement a été mis en délibéré au 12 mai
Le jugement a été mis en délibéré au 12 mai © Radio France - Theo Caubel

Deux gilets jaunes jugés ce mercredi 24 mars par le tribunal correctionnel de Périgueux, ils comparaissaient pour "outrage à personne dépositaire de l'autorité publique". Ils auraient lors des manifestations à Périgueux insultés des policiers.

Le premier prévenu est une figure du mouvement dans le Bergeracois. Celui qui se surnomme "Maxi" était jugé pour des propos tenus le 16 novembre 2019 et le 29 janvier 2020. Il a notamment traité les forces de l'ordre de "bande de Nazis", de "collabos", d'"ordures" Il a également fait référence à la mort de Steve Maia Caniço, ce jeune tombé dans la Loire lors d'une intervention policière à Nantes. Le second est un homme 31 ans qui se définit comme anarchiste. Il était lui jugé pour des propos tenus le 29 janvier où il a traité les policiers de "violeurs" et d’"assassin".

Des amendes requises

Face à la présidente du tribunal, leur avocat, Maître Daniel Lamaziere, a plaidé la liberté d'expression. Il a précisé que ses clients ne s'adressaient par directement aux policiers mais plutôt à travers eux aux institutions qu'ils représentent. 

Le ministère public a requis une amende de 15 euros sur 45 jours pour les propos tenus au mois de novembre par "Maxi", et une amende de 15 euros sur 60 jours pour les propos tenus par les deux manifestants au mois de janvier.

Le jugement a été mis en délibéré au 12 mai.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess