Faits divers – Justice

Tribunal de Périgueux : les candélabres "disparus" du Canard enchaîné n'ont en fait jamais été égarés

Par Caroline Pomès, France Bleu Périgord jeudi 29 décembre 2016 à 16:08

Les deux candélabres Napoléon III étaient stockés à l'école nationale de police de Périgueux
Les deux candélabres Napoléon III étaient stockés à l'école nationale de police de Périgueux © Radio France - DR

Le mystère des candélabres du tribunal de Périgueux est résolu. Selon le président, Julien Simon-Delcros, les deux lampadaires sont stockés à l'école nationale de police de Périgueux depuis les travaux de 2012

Mystère résolu ou mystère qui n'a jamais eu lieu. Le président du tribunal de Périgueux, Julien Simon-Delcros a stoppé la polémique lancée ce mercredi par Le Canard enchaîné qui titrait "Mystérieuses disparitions au tribunal de Périgueux". L'hebdomadaire faisait état de la disparition de deux candélabres Napoléon III, de deux bancs en bois et de six poignets en bronze. Ces objets auraient disparus pendant les travaux de 2012. Seulement, photo à l'appui, le président affirme que les deux candélabres en question sont en fait stockés à l'école nationale de police de Périgueux, faute d'avoir trouvé acquéreurs.

"Nous voulions les donner à un musée mais personne n'en voulait donc en attendant, ils sont stockés à l'école de police de Périgueux." - Julien Simon-Delcros.

Pour ce qui est des six poignées en bronze, le président ne sait pas encore où elles sont mais il affirme déjà qu'elles n'ont pas disparues. A l'époque, de nombreux objets du tribunal, chaises, bancs et autres fournitures avaient été vendus.

"La volonté de l'architecte était de minimaliser la décoration et en faire un tribunal moderne." Cette situation s'explique peut-être selon le président d'un désaccord entre l'architecte, l'agence publique pour l'immobilier de la justice et les architectes des bâtiments de France qui souhaitaient remettre exactement en état le tribunal.