Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tribunal de Tours: deux ans et demi de prison ferme pour un braqueur dépressif

-
Par , France Bleu Touraine

Le tribunal correctionnel de Tours a condamné un homme de 22 ans à 36 mois de prison dont 6 avec sursis pour avoir braqué le tabac-presse de la commune d'Azay-sur-Cher lundi 24 février.Devant le tribunal, l'homme s'est défendu en invoquant son état dépressif.

La photo de l'arme de poing utilisée par le braqueur: un pistolet à plomb imitation Beretta. Il était non chargé.
La photo de l'arme de poing utilisée par le braqueur: un pistolet à plomb imitation Beretta. Il était non chargé. - Gendarmerie de Montlouis

Un braqueur a été condamné à deux ans et demi de prison ferme par le tribunal de Tours mercredi après-midi. Lundi dernier 24 février, vers 11H50, cet individu âgé de 22 ans avait braqué avec une arme de poing non chargée la gérante et une cliente du tabac-presse d'Azay-sur-Cher. Pour un butin évalué à 470 euros en liquide, 241 paquets de cigarettes et des tickets de grattage. Devant le tribunal, il s'est défendu en expliquant qu'il était dépressif et qu'il ne savait plus ce qu'il faisait. Et pourtant, cet individu a déjà 4 condamnations à son actif; 4 condamnations pour conduite en état d'ivresse, usage de stupéfiants, vol et dégradation de biens, c'est dire si sa défense basée sur son état dépressif, qui est réel puisqu'il est sous traitement anxiolytique, est difficile à comprendre, même si son avocate a rappelé que son père s'était suicidé en prison. 

Lundi 24 février, un peu avant midi, le braqueur, cagoulé sous un casque de moto, entre dans le magasin et menace de son arme la gérante et une cliente: "je ne vous veux pas de mal,  pas de portable, restez tranquille". A la barre, il tente de convaincre: "ce braquage, ce n'était pas moi du tout. J'ai besoin d'un traitement psychologique". Dans le tabac-presse, il se sert dans le tiroir caisse, prend des paquets de cigarettes, et des tickets de grattage, et s'enfuit à moto en disant "au revoir et bonne journée". Ce sont les gendarmes de Montlouis qui vont l'interpeller 40 minutes après le braquage après une course-poursuite qui se termine dans un chemin de terre. Ils s'apercevront que son arme, un pistolet à plomb imitation Beretta, n'était pas chargée. 

Le butin du braquage et les outils utilisés par le braqueur pour l'opération  - Aucun(e)
Le butin du braquage et les outils utilisés par le braqueur pour l'opération - Gendarmerie de Montlouis

Pour le Procureur de la République, ce braquage était prémédité. Il rend hommage au sang froid de la gérante et de sa cliente et il requiert à l'encontre du braqueur 4 ans de prison dont un avec sursis, l'obligation de se faire soigner, l'obligation de travailler, et l'interdiction de se rendre à Azay-sur-Cher. Le tribunal a été légèrement moins sévère en prononçant 36 mois de prison dont 6 avec sursis mais en conservant bien entendu toutes les obligations. Le prévenu a été écroué à l'issue de l'audience. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu