Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tricastin : des militants anti-nucléaire au tribunal pour stationnement illégal

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Trois militants du collectif Stop Tricastin étaient convoqués au tribunal de police ce mardi à Valence (Drôme) pour avoir garé leurs voitures devant la centrale nucléaire du Tricastin il y a deux ans. Ils ont été dispensés de peine.

Les militants de Stop Tricastin estiment que les PV reçus pour stationnement illégal devant la centrale sont une tentative d'intimidation.
Les militants de Stop Tricastin estiment que les PV reçus pour stationnement illégal devant la centrale sont une tentative d'intimidation. - Stop Tricastin

Trois militants du collectif Stop Tricastin étaient convoqués ce mardi au tribunal de police à Valence pour avoir stationné leurs voitures sur l'avant parking de la centrale du tricastin en juin 2019.

A l'époque cinq militants anti nucléaire étaient venus remettre ironiquement un trophée en carton au directeur de la centrale, (le trophée de la cuve la plus fissurée) pour dénoncer la vétusté de Tricastin. Presque deux ans après, ils ont reçu une convocation devant le tribunal de Police pour avoir garé illégalement leur voiture devant le centre de documentation de la centrale ce jour là. Les militants ont pris ces PV "à retardement" comme une tentative d'intimidation vis-à-vis de leur statut de lanceur d'alerte.

A l'audience le parquet n'a demandé que des amendes de quelques dizaines d'euros en précisant que tout le monde aurait gagné du temps si cela avait été demandé par courrier. La présidente du tribunal à elle estimé que les lanceurs d'alerte devaient être dispensés de peine.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess