Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tricastin: les intempéries provoquent un arrêt automatique du réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Le canal de Donzère-Mondragon s'est chargé en boue. Les pompes qui prélèvent l'eau du canal pour refroidir une partie des installations ont cessé de fonctionner, le réacteur s'est donc arrêté automatiquement ce jeudi.

La centrale nucléaire du Tricastin, dans la Drôme
La centrale nucléaire du Tricastin, dans la Drôme © Radio France

Dans le Sud Drôme, les intempéries n'ont pas fait de dégâts mais ont eu une conséquence sur la centrale nucléaire du Tricastin.

L'unité de production numéro 2 s'est arrêtée automatiquement ce jeudi signale l'exploitant EDF.

Avec les fortes précipitations, les eaux du canal de Donzère-Mondragon se sont chargées en boue. La boue a encombré des pompes qui prélèvent l'eau du canal pour refroidir une partie de l'installation. Le réacteur 2 s'est donc lui même arrêté automatiquement.

EDF précise que des contrôles ont été effectués sur les prises d'eau qui desservent les autres unités de production. Le réacteur numéro 2 a été redémarré tard ce jeudi soir.

L'Autorité de Sureté Nucléaire devrait classer l'événement au niveau 0 sur l'échelle des incidents nucléaires qui compte 7 niveaux. Il y a en fait 2 systèmes de pompes sur chaque unité de production, et ce n'est pas celui chargé de refroidir le coeur nucléaire qui a été touché. Il restait donc une source de refroidissement en fonctionnement . Et puis les pompes n'ont pas été totalement bouchées. Le réacteur s'est arrêté quand le débit d'eau a diminué.

C'est donc bien moins sérieux dit l'ASN que ce qui s'est passé il y a 4 ans à Cruas. En décembre 2009, une plante aquatique très invasive avait bloqué des pompes de la centrale et provoqué l'arrêt du réacteur numéro 4. L'incident avait été classé au niveau 2.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess