Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Triple meurtre d'Ars-sur-Moselle : le père avoue et reconnait "une dispute"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu
Moselle, France

Le père de famille d'Ars-sur-Moselle, dont la femme et les deux enfants ont été retrouvés tués à leur domicile mardi soir, a été entendu une première fois par les enquêteurs. Il a reconnu les faits, mais de nombreuses parts d'ombre subsistent.

L'homme a avoué avoir tué sa femme et leurs jumeaux âgés de deux ans
L'homme a avoué avoir tué sa femme et leurs jumeaux âgés de deux ans © Radio France - François Pelleray

Il a commencé à se livrer. Le père de famille d'Ars-sur-Moselle, a reconnu "une dispute qui a entraîné la mort de sa femme et de ses enfants", selon le parquet de Metz, qui indique qu'il subsiste "des imprécisions dans l'enchaînement des faits." La garde à vue de l'homme devait se poursuivre ce jeudi, avant l'ouverture probable d'une information judiciaire.  

Mercredi soir, les gendarmes ont découvert au domicile de cette famille habitant la rue Henri Dunand à Ars-sur-Moselle, les corps sans vie d'une mère de famille de 34 ans, et de ses jumeaux âgés de 2 ans. Selon les premiers éléments de l'enquête, la femme a été frappée à mort. Ce n'est pas une batte de base-ball mais un rouleau à pâtisserie qui a été trouvé à proximité de la scène du crime. Un enfant a été étranglé et le second pendu. 

Sur le mobile de ce triple meurtre, l'homme a fait état "d'une crainte de la séparation" mais ne s'est pas expliqué sur un tel déchaînement de violence. 

Cette première audition s'est déroulé à l'hôpital de Nancy, où il a été transporté mercredi matin, après un accident sur l'A31 à hauteur de la Croix d'Hauconcourt, dans une possible tentative de mettre fin à ses jours. Il souffre d'une fracture à la jambe, mais selon le parquet "ses jours n'ont jamais été en danger."

L'homme, père d'au moins deux autres enfants nés d'une précédente union, est "présenté comme un intérimaire sans mission actuellement". Son épouse était en congé parental.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess