Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Affaire Joachim Toro

Triple meurtre de Rivesaltes : 30 ans de prison requis contre Joachim Toro

jeudi 27 septembre 2018 à 16:52 Par François David, France Bleu Roussillon et France Bleu

Au cinquième jour du procès en appel de Joachim Toro devant les assises de l'Aude, l'avocat général a requis 30 ans de réclusion criminelle contre le vieil homme de 85 ans. Verdict ce vendredi.

Joachim Toro sera fixé sur son sort ce vendredi
Joachim Toro sera fixé sur son sort ce vendredi © Maxppp - THIERRY GRILLET

Rivesaltes, France

Les réquisitions sont à l'image des cinq premières journées d'audience devant la Cour d'assises de l'Aude : sans surprise. L'avocat général requiert 30 ans de réclusion criminelle contre Joachim Toro, le vieil homme de 85 ans accusé d'un triple meurtre et d'une double tentative d'homicide à Rivesaltes.

Le 3 mars 2011, après avoir tiré sur deux jeunes femmes en voiture, l’accusé aurait provoqué un véritable bain de sang dans une rue de la commune, abattant son voisin et deux employés municipaux, presque à bout portant, avec un fusil de chasse.

Tous les tirs ont visé des organes vitaux"

Pour l’avocat général, la volonté de tuer de Joachim Toro ne fait aucun doute. "Les éléments de preuve sont évidents. La description que font les témoins, c’est celle d’un tueur de masse, froid, déterminé, et qui ne laisse aucune chance à ses victimes. Tous les tirs ont été effectués à très courte distance et ont visé des organes vitaux". 

Ce jeudi, à l’issue des débats, une seule partie civile a souhaité prendre la parole. Mais son témoignage résume le sentiment général des familles de victimes : la douleur d’avoir perdu un proche, et la colère face au comportement de l’accusé.

Sans exprimer de regrets ni formuler la moindre excuse, Joachim Toro s’est montré incapable tout au long de l’audience d’expliquer son geste. Selon lui, le premier tir était accidentel. Et ensuite il évoque un trou noir, une amnésie.

"Nous allons devoir vivre à tout jamais sans savoir", s’emporte la sœur de l’un des employés municipaux abattus sur le Quai des mouettes de Rivesaltes. "Tout ce que nous attendions, c’était des réponses. Nous ne pourrons jamais faire le deuil. C’est injuste."

Tour à tour, les quatre avocats des parties civiles fustigent l’attitude "insupportable" de l’accusé, un "menteur" qui se cache derrière une amnésie "inventée de toute pièce", qui "se victimise, ne parle que de lui et n’éprouve aucun sentiment de responsabilité".

Le verdict est attendu ce vendredi. Lors de son premier procès en 2016, Joachim Toro avait été reconnu coupable de l'ensemble des faits et condamné déjà à 30 ans de réclusion criminelle.