Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trois agents de plus pour les RG de Bourges

mardi 19 juillet 2016 à 18:40 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Le parlement doit se prononcer sur une une prolongation de l'état d'urgence. Et cela, en pleine polémique entre gauche et droite sur les moyens mis en oeuvre pour réduire le risque d'attentat. Tout le monde s'accorde néanmoins sur un point : l'importance du renseignement.

Voiture de police - illustration
Voiture de police - illustration © Maxppp

Bourges, France

Une commission d'enquête de l'assemblée nationale préconise notamment la création d'une structure unique de lutte contre le terrorisme. Une prévention basée avant tout sur le renseignement. Les effectifs des services départementaux de renseignement territorial (on les appelait autrefois les RG, renseignements généraux) ) sont dors et déjà étoffés. C'est le cas dans le Cher à Bourges.

Une patrouille de police avait intercepté les deux hommes - Radio France
Une patrouille de police avait intercepté les deux hommes © Radio France

Trois nouveaux fonctionnaires sont venus renforcer les renseignements généraux du Cher. Ils sont opérationnels depuis le 1er Juin. Ce qui porte à 10 personnes leurs effectifs dans le département. Ce renforcement avait été décidé après les attentats de Charlie Hebdo en janvier 2015. Il s'agit de policiers, mais aussi de gendarmes. C'est d'ailleurs un gendarme qui dirige le service, placé sous l'autorité de la directrice départementale de la sécurité publique.  De tout temps, ces fonctionnaires ont existé pour renseigner l'autorité préfectorale sur le climat social. Ils sont en lien avec les responsables syndicaux notamment. S'ajoute aujourd'hui, la lutte contre la radicalisation. Ils tentent d'identifier les éléments les plus dangereux et sont en lien avec les familles inquiètes de voir leurs enfants sombrer dans l'intégrisme. Après un attentat, il n'est pas rare non plus que des personnes, des maires notamment, appellent la préfecture pour signaler des habitants suspects. Les agents du service départemental de renseignement territorial sont chargés d'enquêter. Tout leur travail, aujourd'hui consiste à resserrer les mailles du filet pour cerner certains profils comme le tueur de Nice qui n'était pas fiché, et dont la radicalisation a été très rapide.