Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

INFO FRANCE BLEU - Trois alpinistes meurent dans le massif du Mont-Blanc

jeudi 2 août 2018 à 12:27 - Mis à jour le jeudi 2 août 2018 à 20:11 Par Xavier Demagny et Richard Vivion, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Trois alpinistes sont morts jeudi matin dans le massif du Mont-Blanc (Haute-Savoie) au niveau des dômes de Miage, selon les informations de France Bleu Pays de Savoie. Il s'agissait, selon la préfecture, d'un groupe d'amateurs non encadrés par un guide professionnel.

Vue des dômes de Miage dans le massif du Mont-Blanc.
Vue des dômes de Miage dans le massif du Mont-Blanc. - Flickr/llcabarrocas

Massif du Mont-Blanc, France

Trois alpinistes sont morts jeudi matin, vers 10h30, dans le massif du Mont-Blanc (Haute-Savoie) au niveau des dômes de Miage à plus de 3600 mètres d'altitude, selon une information de France Bleu Pays de Savoie, confirmée par la gendarmerie.  

Un groupe d'alpinistes amateurs non accompagné

Le groupe était composé de trois alpinistes amateurs, non accompagnés par un guide professionnel de haute-montagne, précise le Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Haute-Savoie. 

Trois sont donc décédés, un autre membre du groupe n'était pas dans la cordée et attendait au refuge des Conscrits. Il s'agirait de la compagne de l'une des trois victimes, selon la préfecture de Haute-Savoie. Selon les informations de France Bleu, les victimes sont des hommes de nationalité françaises âgés de 49, 55 et 56 ans. Tous originaires de métropole, ils vivaient actuellement à La Réunion et étaient en vacances dans le massif du Mont-Blanc. 

Une chute dans une crevasse

D'après les premiers éléments, l'un des alpinistes aurait glissé dans la descente des dômes de Miage, puis chuté dans une crevasse et entraîné les deux autres.

Les dômes de Miage comptent six sommets sur une arrête longue de trois kilomètres. C'est un secteur réputé pour débuter l'alpinisme et cette traversée est une grande classique des courses de neige. "Ils étaient partis vers 4 heures du matin depuis le refuge des Conscrits. C'est sur le chemin retour, sur la descente que s'est passé l'accident. Un alpiniste a dévissé après le col des dômes de Miage, en direction du col de la Bérangère sur le glacier d'Armancette", explique le lieutenant-colonel Stéphane Bozon, commandant du PGHM de Chamonix. 

On peut supposer une faute technique, puis une incapacité de la cordée à enrayer la chute." - Lieutenant-colonel Stéphane Bozon, commandant du PGHM de Chamonix.

ECOUTEZ le lieutenant-colonel Stéphane Bozon, commandant du PGHM de Chamonix.

L'un des alpinistes a probablement "fait une chute de 200 mètres, puis une chute en crevasse, qui a bloqué les deux autres alpinistes encordés". "Les circonstances exactes ne sont pas exactement connues mais le bilan est lourd, regrette le militaire. On peut supposer une faute technique, puis une incapacité de la cordée à enrayer la chute. Un alpiniste qui entraîne la chute des autres, c'est vraisemblablement ce qu'il s'est produit. Ils semblaient évoluer de manière fluide, marchaient les uns derrière les autres sans autre élément de sécurité que la corde qui reliait les alpinistes entre eux. Il n'y avait pas de retenue sinon on aurait pas eu ce bilan là."

Sur-fréquentation du Mont-Blanc ?

L'accès au massif du Mont-Blanc, sur-fréquenté depuis plusieurs été, est depuis le 14 juillet dernier restreint par l'itinéraire classique du Goûter, "voie royale" pour le sommet. Cet accident intervient également alors que préfet, élus et gendarmes se réunissaient ce jeudi matin pour faire le point sur ces restrictions. En août 2017, le maire de Saint-Gervais, Jean-Marc Peillex, dénonçait également les imprudences et la sur-fréquentation et obligeait par un arrêté municipal tout alpiniste empruntant cet itinéraire à être suffisamment équipé.

Pour autant, ce n'est pas cette voie - du Goûter - qu'empruntaient les trois alpinistes morts, ils évoluaient dans un autre secteur du massif et non sur la montagne du Mont-Blanc elle même. "Il s'agit d'un sommet voisin et ce n'est pas un secteur sur fréquenté, précise le PGHM. Il faut plutôt chercher la cause de l'accident dans la gestuelle et la capacité [de ces alpinistes] à mettre en oeuvre des techniques de progression adaptées."

  - Aucun(e)
-