Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat de Nice

Trois ans après l'attentat de Nice, les victimes demandent la vérité sur le dispositif de sécurité le 14 juillet 2016

-
Par , France Bleu Azur

Invitée ce jeudi matin sur France Bleu Azur, la maman d'une victime de l'attentat de Nice, Anne Murris. Elle revient sur l'enquête concernant les failles de sécurité le soir du drame et sur son projet de mémorial-musée pour les victimes du terrorisme.

Anne Murris a perdu sa fille dans l'attentat de Nice le 14 juillet 2016, elle a cofondé l'association "Mémorial des Anges"
Anne Murris a perdu sa fille dans l'attentat de Nice le 14 juillet 2016, elle a cofondé l'association "Mémorial des Anges" © Radio France - Marion Chantreau

Nice, France

L'enquête sur d'éventuelles failles de sécurité, lors de l'attentat du 14 juillet à Nice, progresse. Deux  juges d'instruction niçois ont entendus des policiers municipaux et nationaux. Plus récemment, l'ex-directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes a été placé sous statut de témoin assisté. Pour les victimes, c'est important que les magistrats entendent les personnes chargées de la sécurité le 14 juillet. "Il faut que tout le monde soit entendu", nous a dit notre invitée Anne Murris. 

Un procès pourrait se tenir fin 2020, devant une cour d'assises spéciale, pour juger les complices présumés du tueur au camion. Huit personnes sont mises en examen, soupçonnées d'avoir participé, entre autres, à la fourniture d'armes.

Quant au projet de mémorial-musée et de centre européen de recherche sur le terrorisme et la prévention de la radicalisation, que porte Anne Murris, elle aimerait qu'il soit implanté à Nice. Le président de la République est séduit par l'idée, un comité de pilotage est en place depuis janvier, présidé par un historien, mais la présidente de l'association Mémorial des Anges craint que la capitale, Paris, soit choisie pour l'accueillir. Elle aimerait être davantage soutenue par les autorités locales, que les Niçois meurtris par l'attentat se saisissent du projet, pour qu'il ne soit pas récupéré par des hommes politiques. 

Choix de la station

France Bleu