Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Trois ans après les inondations, enfin un projet de restauration et de développement pour le canal d'Orléans

-
Par , France Bleu Orléans

Le Conseil Départemental du Loiret a conclu fin 2018 le rachat du canal d'Orléans à l'Etat, entre Combleux et Montargis. Et lance un projet de restauration et de développement touristique. Un projet qui rassure les sinistrés de 2016, il devrait permettre un meilleur entretien du canal

Le canal d'Orléans à Fay aux Loges
Le canal d'Orléans à Fay aux Loges © Radio France - Anne Oger

Fay-aux-Loges, France

Dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2016, la montée des eaux, partout dans le Loiret, avait créé d'énormes dégâts, 18 400 dossiers de sinistrés ont été recensés, dont plusieurs centaines de maisons le long du canal d'Orléans, entre Fay aux Loges et Chécy. Depuis, une plainte pour mise en danger de la vie d'autrui est toujours en cours d'instruction, et des travaux sur le canal d'Orléans ont été engagés.

Mais trois ans après, qu'est-ce qui a vraiment changé ?

Le canal d'Orléans est devenu un vraie préoccupation des élus et des services, avec à la clef, des travaux, réalisés ou à venir : entretien de certaines écluses, pour qu'elles jouent leur rôle de régulateur, travaux sur l'écoulement des eaux, à Corquilleroy, Donnery, Mardié. D'autres sont programmés - la création d'un déversoir, du côté de Chécy, en cas de crue - mais certains aussi ont pris du retard, comme le curage, c'est-à-dire le nettoyage complet, du bief de Donnery. Il y a là des centaines de mètres cubes de vase à évacuer, mais des analyses auraient révélé une teneur élevée en arsenic, les services de l'Etat ont tout bloqué, ce chantier-là serait repoussé d'un an, alors que c'est vraiment un point stratégique en cas de montée des eaux. Mais la bonne nouvelle, c'est que fin 2018, l'Etat a enfin accepté de céder sa partie du canal, entre Combleux et Montargis, au département, pour 500 000 euros.

Le canal d'Orléans à Fay aux Loges le 1er juin 2016 - Radio France
Le canal d'Orléans à Fay aux Loges le 1er juin 2016 © Radio France - Stéphane Barbereau

Ce canal, c'était un serpent à plusieurs têtes et en cas de crise ça ne facilite pas la communication

Si le conseil départemental joue à plein son rôle de propriétaire, il pourrait être à terme le seul interlocuteur, en charge de la sécurisation du canal. Ca c'est une bonne chose, parce que c'est vraiment le problème de ce canal d'Orléans, pour Frédéric Mura le maire de Fay aux Loges : "une des problématique de la gestion de ce canal, c'est que c'est un serpent à plusieurs têtes entre l'Etat, la Métropole, le syndicat du canal, celui qui gère les cours d'eau qui l'alimentent, ça ne facilite pas la communication, surtout en cas de crise". Mais avant que l'acquisition soit effective, il faut recenser et répertorier toutes les parcelles qui bordent le canal d'Orléans, il y en a plus de 600 sur 78 kilomètres, c'est un travail colossal qui va durer jusqu'en 2020.

Il y a aussi un projet de développement touristique, autour du vélo  

Il s'articule en fait autour du canal d'Orléans, mais aussi de celui du Loing, et de Briare, un territoire que pour l'instant le Conseil Départemental appelle "le triangle d'eau", mais il lance une consultation auprès des habitants pour lui trouver un nom. Avec notamment une vélo-route sur tout l'itinéraire, près de 10 millions d'euros seront investis pour la création de pistes cyclables. Il s'agit de surfer sur le succès de la Loire à Vélo, toute proche, qui a clairement boosté le tourisme dans la région et dans le Loiret. "Pour le Loiret on estime que cela a amené environ 80 000 touristes l'an dernier, on veut pouvoir leur proposer de prolonger l'expérience en traversant par exemple la forêt d'Orléans" dit Laurence Bellais, la vice-présidente de la commission tourisme au conseil départemental du Loiret.

Que ce canal soit géré, enfin, c'est tout ce qu'on demande depuis le début !

L'idée générale c'est qu'un site qui se développe sur le plan touristique a toutes les chances d'être mieux entretenu. C'est ce qui rassure, aussi, Alexandre Thibaudeau, vice-président de l'association des sinistrés du Loiret. "Pour nous c'est une excellente nouvelle. Que ce canal soit géré de A à Z, c'est tout ce qu'on demande depuis le début. Après on sait que cela va prendre des années, il y a beaucoup de travail, d'études, _il faudra aussi écouter les riverains_, on sait que ça n'aboutira sans doute pas avant 2025, tout ça". Quant à la navigation sur le canal, au-delà de Fay aux Loges, jusqu'à Montargis, l'idée fait toujours sourire Frédéric Mura, le maire de la commune : "on sait bien que c'est utopique, ce sont vraiment des investissements très, très lourds, mais on peut toujours rêver ?"