Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trois ans de prison pour le Nyonsais qui avait tiré dans la joue d'un homme

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Le 1er juillet dernier, un Nyonsais de 26 ans avait tiré dans la joue d'un homme après plusieurs altercations. Ce jeudi après-midi, le tribunal de Valence l'a condamné à trois ans de prison dont deux ferme.

Le tribunal de grande instance de Valence.
Le tribunal de grande instance de Valence. © Radio France - Florence Gotschaux

Nyons, France

L'histoire aurait pu très mal finir. Le 1er juillet dernier, un Nyonsais de 26 ans avait tiré dans la joue d'un autre homme, devant un snack de Nyons. Bilan : multiples fractures à la mâchoire, des pertes de mémoire et des bouts de métal encore coincés dans la joue.

Ce jeudi après-midi, l'agresseur comparaissait devant le tribunal correctionnel de Valence pour violences aggravées avec usage d'une arme. Ici, un pistolet 22 long rifle récupéré lors du déménagement d'une dame qui voulait s'en débarrasser, explique le prévenu.

Devant les juges, il est étonné quand on lui parle du calibre de l'arme : "Je pensais que j'avais tiré avec un pistolet à grenaille ! Ça n'a presque pas fait de bruit quand j'ai tiré."

Il ne voulait pas dealer

Lors de la perquisition de son domicile, les gendarmes découvrent la mallette du pistolet. À l'intérieur, des chargeurs et des munitions pour le 22 long rifle. L'arme a disparu, le Nyonsais dit l'avoir jetée avant de se rendre aux gendarmes quelques jours après l'agression.

L'homme a attendu quelques jours avant de revenir à Nyons, de peur d'être retrouvé par les proches de la victime. "Il me tournait autour depuis une semaine et demie pour me vendre de la drogue et me recruter pour que j'en vende", raconte le prévenu, encore énervé. Ancien toxicomane, il prend mal la proposition de sa victime.

Le 1er juillet, les deux hommes en viennent aux mains vers 22h dans un premier snack. Les insultes fusent, mais on les sépare dans le calme. Quelques heures plus tard, dans la nuit, ils se croisent dans une rue devant un second snack. Les insultes reprennent, le prévenu sort un pistolet pour faire peur à sa victime qui s'approche et le provoque. Il tire. "Je ne pensais pas qu'il allait le faire", déclare la victime lors de son audition.

Le tribunal le condamne à trois ans de prison : deux ferme et un avec sursis

Choix de la station

France Bleu