Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On a eu juste le temps de sauver les animaux" : à Saint-Marcellin, une ferme vieille de 400 ans part en fumée

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Isère

Près de 3 700 mètres carrés de bâtiments et une dizaine d'engins agricoles ont été détruits cette nuit à Saint-Marcellin (Isère), dans un incendie qui a mobilisé 70 pompiers. Les propriétaires ont été réveillés par les détecteurs et sont sains et saufs, mais ils ont tout perdu.

Au total, près de 3700 mètres carrés de constructions vieilles de 400 ans sont parties en fumée.
Au total, près de 3700 mètres carrés de constructions vieilles de 400 ans sont parties en fumée. - Jules Jany

L'alerte a été donnée peu après minuit dans cette nuit de jeudi à vendredi, rue de la plaine, à Saint-Marcellin : une exploitation agricole, qui fait essentiellement de la noix, avec ses trois bâtiments et sa maison d'habitation étaient en flammes. Au total, près de 3700 mètres carrés de constructions vieilles de 400 ans. "C'est une perte d'un patrimoine inestimable", déplore le maire de la commune, Raphaël Mocellin. Le couple de propriétaires n'a eu que le temps de sortir et ils n'ont pas été blessés mais la ferme Jany est entièrement partie en fumée.

Le feu a pris vers minuit dans cette exploitation qui date de 400 ans, rue de la plaine

Eteindre l'incendie a demandé 70 soldats du feu, 36 véhicules, huit lances et deux canons à eau. Outre l'importance du sinistre, il y avait à gérer la présence sur place d'une cuve de 2.000 litres de fuel. L'incendie a également détruit une dizaine d'engins agricoles et de travaux publics.

Le reportage de Théo Hetsch sur place

Les trois bâtiments et la maison d'habitation étaient en flammes.
Les trois bâtiments et la maison d'habitation étaient en flammes. - Jules Jany

"On dormait, les détecteurs se sont mis à sonner, on a juste eu le temps de sauver nos animaux"

_"_C'est tout par terre, tout brûlé, tout foutu", sanglote Florence Jany. "On dormait, les détecteurs se sont mis à sonner. Quand on a ouvert les volets, on a vu que ça partait d'un côté. Quand on est sorti, on a vu que tout brûlait. On a eu juste le temps de sauver nos animaux, mon mari a essayé aussi de sauver du matériel".

La piste criminelle n'est pas écartée

Sur les causes du sinistre, Florence Jany a pensé à la chaudière "Il y a une porte à côté de notre chambre et le grenier avec une chaudière. Le feu a dû partir de là". Et elle ajoute, effondrée : "la ferme avait 400 ans, c'est tout perdu." Mais selon nos informations, l'incendie pourrait être criminel car il y aurait trois départs de feu distincts. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie et des équipes de la gendarmerie scientifique se sont rendus sur les lieux ce samedi. Des bâtiments de la famille ont déjà été victimes d'incendies ces dernières années, notamment un élevage de poules à Chatte (Isère) en 2017.

"Enquête de voisinage, analyse de la vidéo-surveillance, etc... Nous n'écartons aucune piste et les constatations se poursuivent" confirme-t-on à la gendarmerie. Un nouvel expert de la gendarmerie scientifique doit venir sur place ce lundi 22 janvier pour poursuivre les recherches.

Pour afficher ce contenu Google Maps, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Gérer mes choix

Sur place, depuis ce vendredi matin, la solidarité s'organise : "Nous accompagnons la famille Jany dans toute la logistique : retrouver l'eau, l'électricité, afin qu'ils retrouvent un semblant de vie à peu près normale", explique Raphaël Mocellin. La commune distribue également des chauffages d'appoint pour la maison voisine, qui était alimentée par la chaudière de la ferme. Véronique habite là, "mais je vais laisser ma maison aux parents Jany, afin qu'ils soient sur place, je vais aller chez mes enfants quelques temps", explique-t-elle.

Se mettre rapidement à reconstruire

Rapidement, la question de la reconstruction va se poser : "tous les noyers qui sont autour nous rappellent l'importance de la transmission des générations passées et à venir", souligne le maire, Raphaël Mocellin, "je pense que Jules n'a pas le choix de reconstruire, ne serait-ce que par respect pour les ancêtres".

Jules, c'est le fils de la famille. Il a perdu tout son héritage dans l'incendie, il ne reste même plus une photo de famille. "J'ai 23 ans, j'ai fait mes études justement pour reprendre la suite de mon père, de mon grand-père et mon arrière-grand-père. Il faut que je réalise un peu et puis ensuite on pourra se mettre à reconstruire". Réaliser, reconstruire... et comprendre aussi ce qu'il s'est passé : une enquête est ouverte.

Rapidement, la question de la reconstruction va se poser pour la famille Jany.
Rapidement, la question de la reconstruction va se poser pour la famille Jany. - Jules Jany
Choix de la station

À venir dansDanssecondess