Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le député Eric Coquerel entarté : trois étudiants condamnés à un stage de citoyenneté et une amende

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Les trois étudiants, qui avaient entarté en avril 2018 le député Eric Coquerel, ont été condamnés ce mercredi par le tribunal correctionnel de Nanterre. Ils devront faire un stage de citoyenneté et verser chacun 500 euros au député La France Insoumise.

Eric Coquerel  député LFI avait été entarté par des étudiants en avril 2018.
Eric Coquerel député LFI avait été entarté par des étudiants en avril 2018. © Maxppp - Vincent Isore

Hauts-de-Seine, France

Trois étudiants, alors membres de l'Action française, ont été condamnés mercredi par le tribunal correctionnel de Nanterre. Pour avoir entarté le député La France Insoumise Eric Coquerel, ils devront faire un stage de citoyenneté.  Ils devront aussi, chacun, lui verser 500 euros

À l'époque des faits, le premier étudiant, 22 ans, était responsable de la section étudiante de l'Action française. Les deux autres, âgés de 20 et 22 ans, étaient des membres du mouvement royaliste. Ils ont été reconnus coupables de violence sur une personne chargée d'une mission de service public. 

Un geste de potaches selon les étudiants 

L'affaire remonte au 19 avril 2018. Alors qu'il se rendait à un débat à Colombes (Hauts-de-Seine), le député de Seine-Saint-Denis avait reçu une tarte remplie de mousse à raser en pleine figure. 

La fédération francilienne d'Action française avait revendiqué l'action sur les réseaux sociaux. Elle reprochait à l'élu de soutenir l'occupation de la basilique Saint-Denis, nécropole des rois de France, par des personnes soutenant les sans-papiers.  

Les trois jeunes ont déclaré à la barre avoir quitté depuis l'Action française. Le principal prévenu, qui a revendiqué avoir appliqué la tarte en criant "Montjoie Saint-Denis", a parlé d'un geste de "potache".  

Des violences politiques selon Eric Coquerel

Le député de La France Insoumise ne voit pas dans cet entartage une blague d'étudiants. Il estime qu'il s'agit de "violences politiques" qui ne doivent pas rester "impunies".  

La procureure était allée dans son sens en parlant d'"acte de violence" : "Ce n'est pas une blague, ce n'est pas potache", avait-elle déclaré. Elle avait requis deux mois de prison avec sursis pour le principal prévenu et 120 heures de travail d'intérêt général (TIG) pour les deux autres. 

Elle n'a pas été suivie par le tribunal.