Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trois faucheurs volontaires mis en examen à Dijon pour "destruction volontaire d'un bien"

-
Par , France Bleu Bourgogne

Trois militants anti-OGM ont été mis en examen, ce mardi à Dijon, pour avoir détruit en 2017 une plateforme d'essais de colza du géant allemand de la semence KWS, à Villy-le-Moutier, près de Beaune le 15 avril 2017. Ils sont poursuivis pour "destruction volontaire d'un bien".

Trois faucheurs volontaires ont été mis en examen ce mercredi à Dijon
Trois faucheurs volontaires ont été mis en examen ce mercredi à Dijon © Maxppp - JC Tardivon

Les trois "faucheurs volontaires" ont été mis en examen pour "destruction volontaire d'un bien" lors de leur convocation devant une juge d'instruction. Trois autres militants anti-OGM sont également convoqués, le 30 décembre. Avant leur rencontre avec le juge, les militants convoqués ont reçu le soutien d'une trentaine de sympathisants devant la cité judiciaire de Dijon en début de matinée. 

Du colza génétiquement modifié ou pas ?  

Le 15 avril 2017, le "fauchage" avait concerné une parcelle d'une semence de colza obtenue par mutagénèse, une nouvelle technique qui consiste, contrairement aux premiers OGM, non pas à introduire un gène extérieur, mais à modifier directement le génome de la plante.   Selon la firme KWS, des semences ainsi obtenues ne sont pas des OGM et ne tombent donc pas sous le coup de la réglementation européenne obligeant à les évaluer, tracer et étiqueter.  Or, en juillet 2018, la Cour de justice européenne a objecté que tout organisme issu de ces nouvelles techniques relevait aussi des OGM, et devait donc être soumis aux mêmes règles, un avis auquel s'était rangé en France le Conseil d'État en février 2020.

Pourquoi seulement six personnes poursuivies ? 

96 "faucheurs volontaires" avaient détruit et revendiqué le fauchage de cette plateforme d'essais de variétés de colza, près de Beaune. Ils réclament que la procédure concerne l'ensemble des 96 participants au "fauchage" et non seulement les six convoqués. "Si on nous convoque pour un procès, qu'on nous convoque tous", explique l'un des trois mis en examen, Pierre Clément, soulignant que les 96 faucheurs avaient revendiqué leur acte et remis aux forces de l'ordre une liste contenant leurs noms.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess