Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trois gilets jaunes en garde à vue après avoir incendié un radar à Marseille

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Trois hommes ont été interpellés dans la nuit de lundi à mardi à Marseille alors qu'ils mettaient le feu à un radar automatique. Ils se revendiquent du mouvement des gilets jaunes.

Un radar dégradé par des gilets jaunes (Photo illustration)
Un radar dégradé par des gilets jaunes (Photo illustration) © Maxppp -

Marseille, France

Vers 2 heures du matin dans le quartier Saint-Loup à Marseille, dans la nuit de lundi à mardi, trois individus cagoulés ont été surpris par la police anti-criminalité (BAC) alors qu'ils venaient d'incendier un radar automatique. Au moment des faits, ces hommes âgés de 28 à 58 ans ne portaient pas de gilets jaunes, mais ils se revendiquent de ce mouvement. Les policiers les ont remarqué, car ils avaient en leur possession une bouteille remplie d'essence et du matériel de bricolage. Ils ont été placés en garde à vue pour "dégradations". 

Ils risquent jusqu'à deux ans de prison

Les auteurs de cet incendie risquent de lourdes peines. L'article 322-1 du Code pénal prévoit jusqu'à deux ans de prison et 75 000 euros d'amende.  Les dégradations simples de radars automatiques sont punies d’une amende de 3.750 euros et d’une peine de travail d’intérêt général. Fin 2018, des "gilets jaunes", qui avaient incendié des radars automatiques près de Toulouse, ont été condamnés  à trois mois de prison avec sursis et 105 heures de travaux d’intérêt général, ainsi qu’à rembourser les dégâts.

Choix de la station

France Bleu