Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements désormais en vigilance orange
Faits divers – Justice

Trois hommes condamnés pour violences conjugales à Guéret

-
Par , France Bleu Creuse

Trois affaires de violences conjugales étaient jugées jeudi 13 juin par le tribunal correctionnel de Guéret. Toutes ont débouché sur des condamnations.

Dans les trois affaires, les prévenus ont été reconnus coupables.
Dans les trois affaires, les prévenus ont été reconnus coupables. © Radio France - Sophie Peretti

Guéret, France

Trois affaires de violences conjugales étaient jugées jeudi au Tribunal de Guéret. Dans les trois cas, les hommes reconnus coupables et condamnés avaient un problème avec la consommation d'alcool. Ils ont tous interdiction de reprendre contact avec leur ex-compagne et obligation de soigner leur addiction. 

Six mois de prison ferme pour un récidiviste 

Entre décembre 2018 et mars 2019, ce Guérétois de 37 ans a frappé à plusieurs reprises sa compagne. Des gifles, des coups de poings et de pied. Pour elle, qui n'était pas présente à l'audience, c'est arrivé "tellement souvent" qu'elle ne peut citer de dates précises. Lui parle de quatre ou cinq fois seulement. Récidiviste, il reconnaît une addiction à l'alcool qui le ronge depuis des années comme il reconnait avoir menacé de mort son ex-compagne par sms. Pour son avocat, il faut relativiser les faits : les coups n'ont jamais entraîné d'interruption de travail. Il plaide pour qu'on laisse son client se réinsérer comme il avait déjà su le faire par le passé. Il avait arrêté de boire pendant trois ans, de 2013 à 2017, période durant laquelle il n'a commis aucun écart, avant de replonger suite à la mort d'un proche. Le tribunal de Guéret le condamne à six mois de prison ferme sous le régime de la semi-liberté

Il l'enferme, elle s'enfuit par la fenêtre

Les faits se sont produits dans la soirée du 21 mars 2019 à Anzême. Un homme de 34 ans et sa compagne se disputent violemment, comme ils en ont l'habitude. Les gendarmes sont déjà intervenus plusieurs fois à leur domicile au cours des mois précédents et l'homme a même déjà été condamné par la justice pour lui avoir donné un coup de pied, en 2016. Cette fois, la violence monte encore d'un cran. Alors qu'il surprend sa compagne sur un site de rencontres, le conjoint la gifle. A son tour, elle le frappe et menace de casser sa voiture avec une pierre. L'homme la met au sol et l'enferme dans la maison. Affolée, la femme réussit à s'enfuir par la fenêtre. Le couple a quatre enfants. Face aux juges, le prévenu explique qu'il ne veut pas être privé d'eux. Il demande pardon, affirme être sobre depuis les faits et se sentir mieux. A l'époque, il buvait quotidiennement deux litres de bière qu'il mélangeait à des anxiolytiques. Il est condamné par le tribunal à neuf mois de prison avec sursis.

Il la pousse dans l'escalier après 32 ans de vie commune 

Un homme âgé de 54 ans est, lui, condamné à six mois de prison avec sursis pour avoir giflé et poussé dans les escaliers sa femme, la blessant à la cheville.  Il était également ivre au moment des faits qui se sont produits à leur domicile de Faux-la-Montagne dans la nuit du 16 au 17 mars 2019. Ce chauffeur-routier (qui dit "ne pas boire la semaine"), à la personnalité "psycho-rigide", reconnait les faits ainsi que des insultes régulières. A la barre, il hésite longuement avant chaque mot, explique vouloir assumer et comprendre son geste. Il évoque son enfance durant laquelle il n'a connu que la discipline. "Je me dégoûte, je veux que ça cesse", dit l'homme devant le tribunal. Il a commencé un travail avec un psychologue et affirme avoir arrêté de boire. En revanche, il souhaite renouer avec son épouse. Celle-ci, non-présente, déclare par l'intermédiaire de son avocat avoir tenté de le "sauver" et avoir été "patiente" mais aujourd'hui, elle est terrorisée et ne veut plus le revoir.