Faits divers – Justice

Trois hommes et trois femmes mis en examen à Nice pour "proxénétisme en bande organisée"

Par Marion Chantreau, France Bleu Azur et France Bleu vendredi 13 octobre 2017 à 16:43

Prostituées à Nice (illustration)
Prostituées à Nice (illustration) © Maxppp -

Six personnes d'origine albanaise, trois hommes et trois femmes, ont été mis en examen et écroués ce vendredi, poursuivis pour "proxénétisme en bande organisée". Soupçonnés d'avoir exploité, extorqué, et violenté des dizaines de jeunes femmes soumises à la prostitution à Nice et à l'étranger.

Lundi dernier, les enquêteurs de la brigade de répression du banditisme et du proxénétisme de la police judiciaire de Nice, a démantelé un réseau de proxénétisme organisé par des Albanais. Ce vendredi, six personnes ont été écrouées et mises en examen pour "proxénétisme en bande organisée". Un juge d'instruction désigné pour poursuivre l'enquête sur ce réseau aux ramifications internationales.

Trois hommes et trois femmes, soupçonnés d'être les proxénètes, ont été écroués

Trois hommes et trois femmes d'origine albanaise apparaissent comme les proxénètes présumés, à l'origine de ce réseau. Ils plaçaient des filles dans plusieurs quartiers de Nice où elles devaient se prostituer. Les quartiers du port et de la Promenade des Anglais notamment. Elles étaient logées dans des taudis du côté de la gare Thiers, de petits appartement insalubres, où elles étaient entassées.

L'argent de la prostitution envoyé en Albanie

Au départ 17 personnes ont été interpellées, 3 hommes et 14 femmes âgées de 26 à 40 ans placées en garde à vue. Au cours des interrogatoires, le rôle de chacun se précise. Une dizaine de femmes sont relâchées en milieu de semaine, considérées comme victimes de souteneurs violents. Intégrées dans un circuit européen de prostitution, elles arrivaient de Bologne en Italie, mais sont aussi passées par Toulouse, Strasbourg ou encore Paris, avant de se retrouver à Nice. Lors de perquisitions dans des appartements, 15 000 euros en argent liquide ou en mandat cash ont été trouvés, des virements bancaires indiquent que les proxénètes envoyaient de l'argent régulièrement en Albanie.

Violence, privations, maltraitance

Les hommes, soupçonnés de proxénétisme, étaient parfois violents avec les filles "récalcitrantes", les privaient de leurs papiers, les femmes écrouées récupéraient l'argent auprès des plus faibles. L'affaire "illustre la criminalité organisée albanaise qui a pris en partie le contrôle de la prostitution de rue confie un enquêteur".