Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trois hommes interpellés à Cassis pour avoir crié "Allah Akbar" depuis un bateau

jeudi 28 juillet 2016 à 10:27 Par Rosalie Lafarge et Fabien Le Dû, France Bleu Provence et France Bleu

Trois hommes ont été interpellés après avoir crié "Allah Akbar" depuis un bateau dans une calanque de Cassis (Bouches-du-Rhône), selon le parquet.

Vue aérienne des calanques de Cassis
Vue aérienne des calanques de Cassis © Maxppp -

Cassis, France

Trois hommes ont été interpellés mercredi soir à Cassis par la gendarmerie. L'un d'entre eux a été placé en garde à vue. Tout part d'une très mauvaise plaisanterie.

Il est aux alentours de 20h quand le pilote et propriétaire d'une vedette de vingt mètres de long s'engouffre dans une calanque de Cassis. Il sort son micro, branche sa sono, fait sonner sa sirène, et crie "Allah Akbar" (Dieu est grand en arabe).

6 plaintes déposées

Certains vacanciers tranquillement allongés sur leurs serviettes le long des rochers et sur la plage ont eu peur. Six personnes ont porté plainte.

L'auteur de la mauvaise blague a été interpellé à son retour au port de Cassis. Il était attendu par la gendarmerie et la police municipale, car d'autres plaisanciers avaient donné le signalement de son navire.

En garde à vue, il nie les faits 

Placé en garde à vue, il nie avoir crié ces mots, mais il est contredit par les nombreux témoignages, y compris par les deux personnes qui l'accompagnaient.

Son comportement, aussi stupide soit-il, ne relève pas forcément d'une infraction. Mais, compte tenu du contexte et de la peur que cela a suscité chez les victimes, cette plaisanterie pourrait s'apparenter à des violences, selon le procureur de la République.