Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trois irakiens condamnés par le tribunal correctionnel de Tours pour avoir aidé des clandestins

jeudi 26 avril 2018 à 21:29 Par Boris Compain, France Bleu Touraine

3 irakiens domiciliés à Tours ont été condamnés jeudi 26 avril par le tribunal correctionnel pour avoir aidé des clandestins. Ils ont été reconnus coupables d’avoir logé des migrants à Tours ou de les avoir transportés en voiture jusqu'à des aires d'autoroute sur l'A28.

Le palais de justice de Tours
Le palais de justice de Tours © Maxppp - Arnaud Journois

Indre-et-Loire, France

L’enquête a commencé fin 2015, lorsque la police municipale est entrée dans un appartement HLM de la rue Guynemer, à Tours, suite à un dégât des eaux. Dans ce logement de 65 mètres carrés, 14 syriens et irakiens, sur des matelas posés par terre. Une fillette de 10 ans, la seule à parler anglais, explique que sa famille est arrivée la veille, après avoir payée 400 euros, et veut aller en Angleterre. Les voisins racontent que deux voitures amènent parfois des groupes d’étrangers, à la tombée de la nuit. Le gardien explique qu’il n’a jamais vu celui qui est officiellement locataire, depuis la remise des clés en 2012.  

Un prévenu déjà condamné, deux autres avec un casier toujours vierge

Cet homme de 36 ans, son frère de 40 ans et un ami de 27 ans sont interpellés. Avant et pendant le procès, ils n'ont cessé de se contredire : un d’entre eux, déjà condamné comme passeur, reconnaît avoir emmené des clandestins en voiture depuis Blois ou Tours, jusqu’à des aires de repos sur l’a28 dans la Sarthe. Une dizaine de trajets qui lui auraient rapportés 10 000 euros. Les autres nient tout, ou presque. Le locataire du logement explique que si il n'est jamais dans son appartement, c'est parce qu'il est parti rejoindre sa femme en Hollande, d'où elle est originaire.

Les prévenus s’accusent, se blanchissent, minimisent leur rôle... et c'est vrai qu'au fil des heures, on sent bien qu'on n'a pas affaire à des caids. Au pire, ce sont des seconds couteaux, dont le train de vie n'a rien d'exubérant. Le tribunal constate dans son jugement qu'il n'y a pas de preuve de l'existence d'une équipe de passeurs structurée. Les magistrats estiment tout de même constater suffisamment de faits répréhensibles entre 2014 et 2016 pour pouvoir prononcer une condamnation.

Des condamnations comprises entre 24 et 30 mois de prison ferme  

Ils ont déjà fait un an et demi de détention préventive. Le tribunal condamne les 2 frères à 2 ans. Leur amis à 30 mois. Tous retournent en prison, pour quelques semaines ou quelques mois. La peine de l'homme condamné à 30 mois de prison est assortie d'une interdiction de rester sur le territoire français. Cet homme était le seul des trois à avoir déjà été condamné, et à être en situation illégale en France.