Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Faits divers – Justice

Trois jeunes habitants de Reims accusés d'apologie du terrorisme devant une boîte de nuit

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Accusés d'"apologie du terrorisme", trois jeunes habitants de Reims devaient être jugés ce lundi pour avoir menacé des vigiles devant la discothèque L'atrium à Reims. Leur procès a été renvoyé au 14 décembre et les trois jeunes ont été placés en détention provisoire.

Une salle d'audience du tribunal correctionnel de Reims.
Une salle d'audience du tribunal correctionnel de Reims. © Radio France - Sophie Constanzer

Reims, France

Trois jeunes rémois étaient devant le tribunal correctionnel de Reims ce lundi après-midi, accusés d'"apologie du terrorisme". Agés de 22 et 23 ans, les trois jeunes devaient être jugés pour avoir menacé des vigiles d'une boite de nuit de Reims, L'atrium, samedi en faisant référence aux attentats de Paris. Leur procès a finalement été renvoyé au 14 décembre prochain mais en attendant, les trois jeunes ont été placés en détention provisoire : "pour un risque de renouvellement et un risque de pression sur les témoins". 

Pas d'autres témoins que les vigiles de la boîte de nuit 

Dans la nuit de samedi à dimanche, les trois jeunes sont venus à quatre reprises devant la discothèque l'Atrium à Reims, après avoir été refoulés par les vigiles. C'est lors de leur deuxième passage en voiture, que les jeunes auraient menacé les vigiles. "On va vous flinguer, vous mitrailler, comme les victimes des attentats, comme la semaine dernière à Paris" : voilà la phrase qui figure dans le dossier. Mais à part les trois vigiles, il n'y a pas d'autres témoins dans cette affaire. Le tribunal a demandé, en plus du placement en détention des prévenus, un supplément d'information. 

Le tribunal correctionnel a renvoyé le procès au 14 décembre.  - Radio France
Le tribunal correctionnel a renvoyé le procès au 14 décembre. © Radio France - Sophie Constanzer