Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trois Marseillais soupçonnés d'avoir escroqué des viticulteurs vauclusiens

-
Par , France Bleu Vaucluse, France Bleu Provence

Trois Marseillais seront prochainement convoqués devant le tribunal de Carpentras. Ils sont soupçonnés d'avoir escroqué des viticulteurs vauclusiens. Le préjudice s'élève à près de 74.000 euros.

Trois Marseillais sont soupçonnés d'avoir arnaqué des viticulteurs vauclusiens.
Trois Marseillais sont soupçonnés d'avoir arnaqué des viticulteurs vauclusiens. © Radio France - Emmanuel Bouin

Trois hommes originaires de Marseille sont soupçonnés d'avoir arnaqué une vingtaine de personnes en Vaucluse, principalement des professionnels du secteur viticole. Les mis en cause ont été interpellés dans les Bouches-du-Rhône, à Allauch et Plan-de-Cuques. Après plusieurs garde-à-vue, ils seront bientôt convoqués devant le tribunal de Carpentras.

Fausse identité et coordonnées bancaires usurpées

Dans cette affaire, une première plainte pour escroquerie émanant d'une entreprise viticole est déposée à la gendarmerie de Châteauneuf-du-Pape en septembre dernier. Puis, le scénario se répète. Très vite, les militaires reçoivent d'autres plaintes pour des faits semblables.

L'enquête est menée conjointement avec la brigade de la commune et la brigade de recherches d'Orange. Les investigateurs identifient 19 victimes. Les trois escrocs présumés sont accusés d'avoir utilisé une fausse identité et des coordonnées bancaires usurpées pour passer des commandes sur internet entre juin et octobre 2020.  

Le préjudice total s'élève à 74.000 euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess