Infos

Trois mois après l'accident de Puisseguin, l'un des rescapés vit avec un sentiment de culpabilité

Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde et France Bleu vendredi 22 janvier 2016 à 9:22

Raymond Silvestrini dans sa maison de Petit-Palais
Raymond Silvestrini dans sa maison de Petit-Palais © Radio France - Stéphanie Brossard

Raymond Silvestrini a été l'un des huit rescapés de l'accident de car de Puisseguin qui a fait 43 morts, le 23 octobre 2015. Il s'est défenestré pour échapper aux flammes et n'a pas pu sauver sa compagne et les autres passagers.

Il se sent bien seul dans sa maison de Petit-Palais depuis 3 mois, depuis ce 23 octobre 2015 et l'accident de car de Puisseguin. Raymond Silvestrini a été blessé, à la tête et aux vertèbres, mais il est rescapé. Il a cassé une vitre du car et a sauté pour se sauver. Il vit aujourd'hui avec un lourd sentiment de culpabilité, lui, le "miraculé". 

Physiquement c'est mieux mais moralement c'est plus compliqué. Vivre à deux et se retrouver seul... Moi je suis un miraculé. Et dans les 43 morts, il y avait aussi la guide de 28 ans. C'est pas juste. Elle aurait vu se sauver mais elle a préféré venir en aide aux autres.

Raymond Silvestrini prend des somnifères depuis 3 mois. Et il est emprisonné dans un corset, qui lui empêche de conduire et d'aller chasser aussi, sa passion. Mais surtout sa maison est bien vide. Sa compagne Lucienne, trésôrière du club du 3ème âge de Petit-Palais, est morte dans le choc. Il n'a pas pu la sauver, ni "lui dire un mot". Il "fallait aller vite et j'ai déjà eu de la peine à me sauver moi-même". Il a également perdu son oncle et deux des soeurs de Lucienne dans l'accident.

"C'est plus compliqué aujourd'hui que la semaine de la catastrophe"

Ce 23 octobre 2015, il n'aurait pas du participer à cette excursion. Il y est allé pour "faire plaisir à Lucienne". Il a dit oui mais d'habitude en période de chasse, il refuse. Comme il avait refusé que sa compagne prenne un chien dans la maison, avant de céder. Raymond voulait s'en séparer après l'accident. Mais aujourd'hui "Lassie" est restée "pour qu'un peu de Lucienne reste un peu avec moi".

A LIRE AUSSI:

► Un collectif des victimes de Puisseguin pour rester unis

► Puisseguin reste sonnée trois mois après l'accident de car

Partager sur :