Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trois mois de prison avec sursis pour avoir menacé de mort des élus de Tourbes

-
Par , France Bleu Hérault

Un habitant de Tourbes (Hérault) n'a pas apprécié que sa compagne, élue à la mairie, soit harcelée par d'autres adjoints. Cet homme de 65 ans s'est rendu à une réunion de travail menaçant de tuer deux d'entre eux s'ils continuaient. Des armes ont été retrouvées à son domicile.

Palais de justice de Béziers
Palais de justice de Béziers © Radio France - Stéfane Pocher

Le compagnon d'une adjointe de la mairie de Tourbes, près de Pézenas, a été interpellé ce mercredi 23 juin après avoir menacé de tuer deux élus de cette commune de 1.500 habitants. Cet homme de 65 ans, inconnu de la justice, n'a pas apprécié que sa compagne, élue elle aussi dans la commune, soit harcelée.

Le sexagénaire s'est rendue à une réunion de travail organisée par le maire avec ses adjoints. Visiblement très énervé, cet habitant criait qu'il allait tuer deux adjoints présents s'ils continuaient de harceler sa compagne. Cette dernière lui avait adressé des messages SMS depuis la réunion affirmant que deux d'entre eux lui parlaient mal, voire l’insultaient. 

En colère, il s'est alors rendu sur les lieux, attrapant l'un des élus par le tee-shirt tout en proférant ses menaces de mort. Le maire, Lionel Puche, est parvenu à le maîtriser physiquement pendant que les adjoints se réfugiaient dans un bureau annexe. À l'arrivée des gendarmes, l'homme avait déjà quitté les locaux de la mairie avec sa compagne.

Sur instruction du parquet de Béziers, le mari violent a été placé garde à vue le vendredi 25 juin. Au cours de sa détention, il a reconnu qu'il s'était emporté, affirmant qu'il avait estimé que sa compagne était en danger. 

Au cours de la perquisition diligentée à son domicile, deux vieux fusils à air comprimé ont été saisis par les enquêteurs avant d''être détruits.

L'homme a aussitôt été présenté  au tribunal de Béziers dans le cadre d'une CRPC (convocation avec reconnaissance préalable de culpabilité). Cet Héraultais a reconnu avoir commis les délits de menaces de mort sur personnes investies d'un mandat électif public et outrages sur personne chargée d'une mission de service public. 

Il a accepté les peines proposées par le parquet de trois mois d'emprisonnement avec sursis simple et une amende délictuelle de 300 euros. Il a également été condamné à verser 100 euros de dommages-intérêts à deux des victimes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess