Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trois mois de prison avec sursis pour un participant au rodéo urbain dans Bordeaux

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

L'homme de 22 ans a été condamné ce mardi 24 septembre pour participation à un "rodéo urbain" d'environ 200 motards, qui conduisaient dangereusement dans Bordeaux le 30 août dernier. Il encourait jusqu'à 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende, selon la loi votée à l'été 2018.

Le Tribunal de Grande Instance à Bordeaux.
Le Tribunal de Grande Instance à Bordeaux. © Radio France - Fanny Ohier

Bordeaux, France

Absent pour son procès, le jeune homme domicilié en région parisienne a été jugé coupable d'avoir participé au rodéo sauvage du 30 août 2019 au nord de Bordeaux. Des courses-poursuite et slaloms effrénées d'environ 200 deux-roues sur le boulevard Lucien Faure et Quai des Queyries notamment. Des faits qui avaient perturbés et la circulation et la tranquillité des riverains. 

Six mois de sursis, une suspension de permis de deux mois au lieu des six requis, pas de confiscation de son véhicule mais un stage de sensibilisation à la sécurité routière : la peine retenue par le tribunal ce mardi 24 septembre est relativement clémente. L'homme encourait jusqu'à 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende selon la loi sur les rodéos urbains votée il y a un an. 

Sur les nombreux motards présents le soir des faits, seul ce jeune homme a été arrêté par les policiers. "Il ne faut pas qu'il soit puni pour tous les participants à ce rodéo sauvage", a plaidé son avocate Marie Rémy. Et puis "la situation lui a échappé", selon elle : il pensait au départ participer à un simple défilé mais il s'est retrouvé au milieu d'un rodéo sauvage, quand des engins non immatriculés se sont joints au cortège et ont semé la pagaille. 

Le casier judiciaire du jeune homme est vierge, il n'a commis aucune entorse au code de la route depuis qu'il a le permis. Un permis indispensable, selon l'avocate, pour qu'il garde son emploi de fonctionnaire. Des faits qui ont allégé sa peine, malgré sa conduite à risque et le danger qu'il a représenté ce soir-là "à la fois pour lui et pour les autres", comme le soulignait la procureure générale dans son réquisitoire. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu