Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Agression d'un élu RN nîmois : deux personnes placées en garde à vue

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Deux personnes ont été placées en garde à vue ce mardi dans les locaux du commissariat de Nîmes. On les soupçonne d'être les auteurs de l'agression contre un élu du Rassemblement national le week-end dernier. Une troisième interpellée dans la matinée a finalement a été mise hors de cause.

Yoann Gillet
Yoann Gillet © Maxppp - .

Nîmes, France

Deux personnes ont été placées en garde à vue ce mardi matin au commissariat de police de Nîmes dans le cadre de l'enquête sur l'agression dont a été victime l'élu nîmois Yoann Gilet samedi soir. Enquête menée tambour battant avec l'aide des images de la vidéoprotection. Un troisième individu, lui aussi interpellé dans le courant de la matinée, a finalement été mis hors de cause. 

La réalité des faits est établie

Le conseiller municipal et régional de Nîmes et quatre autres militants du Rassemblement national ont été victimes d'une violente agression. Une agression, indique une source proche de l’enquête, "indubitable". Les motivations "politiques" seraient revendiquées. De là à établir un lien entre les suspects et le milieu antifa (antifasciste), seules les auditions qui se poursuivent devraient infirmer ou confirmer cette thèse avancée par l'élu Nîmois.

Cinq plaintes ont été déposées

Ce qui apparaît c'est que les deux jeunes âgés respectivement de 25 et 22 ans, ont eu s'agissait clairement de faire le coup de poing avec des militants du RN. Des jeunes décrits comme désœuvrées et probablement imprégnés. Les investigations menées par la sureté départementale se poursuivent avant une présentation ultérieure devant le parquet du TGI de Nîmes. Les deux auteurs pourraient avoir à répondre de violence en réunion, avec préméditation et usage d'armes par destination.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu