Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trois personnes en garde à vue sur fond de trafic de drogue après les coups de feu rue de Générac à Nîmes

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gard Lozère

L'enquête semble désormais s'orienter vers un litige lié à une affaire de stupéfiants.

Les perquisitions effectuées au 8 rue de Générac ne laissent guère de doutes sur la présence d'un trafic de stupéfiants
Les perquisitions effectuées au 8 rue de Générac ne laissent guère de doutes sur la présence d'un trafic de stupéfiants © Radio France - Hervé Sallafranque

Trois personnes ont été placées en garde à vue ce vendredi dans le dossier des coups de feu tirés la veille, jeudi, en tout début d'après-midi, non loin du centre-ville de Nîmes, rue de Générac, dans le secteur Montcalm-République. Il s'agit du tireur présumé, âgé de 31 ans, déjà très connu de la justice comme sa compagne, qui a le même âge. C'est à son domicile que le suspect a été interpellé jeudi en début de soirée, avenue de la Bouvine, à proximité du stade des Costières.  Enfin, la victime de l'agression a également été placée en garde à vue, avant d'être libérée dans l'après-midi.

Au cours des perquisitions effectuées au 8 rue de Générac, les enquêteurs ont saisi des objets qui ne laissent guère de doutes sur la présence d'un trafic de drogue à cet endroit. Les policiers ont trouvé une vingtaine de munitions de calibre 7.65, les mêmes que celles qui ont servi lors des tirs de jeudi. Ils ont également découvert près de 20 000 euros d'argent liquide en billets de 50 euros ainsi que toute la panoplie nécessaire au conditionnement de cannabis : balance, sachets ou encore couteaux. 

Les enquêteurs s'attachent maintenant à déterminer si l'agression est directement liée à un litige à propos de stupéfiants, ou si comme le disaient certains riverains, il ne s'agirait que d'une altercation qui aurait dégénéré. Une information judiciaire sera ouverte ce samedi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu