Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trois personnes présentées au juge après la violente agression de la gare de Nancy

-
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu

L'enquête progresse après la violente agression d'un homme de 57 ans dimanche 23 juin dans le secteur de la gare à Nancy. Deux mineurs et un majeur seront présentés à un juge ce mardi en vue d'une mise en examen pour tentative de meurtre sur personne vulnérable.

La place Simone Veil devant la gare de Nancy le 24 juin 2019
La place Simone Veil devant la gare de Nancy le 24 juin 2019 © Radio France - Cédric Lieto

Nancy, France

L'enquête avance rapidement après la violente agression survenue dimanche 23 juin en soirée dans et aux abords de la gare de Nancy. Trois personnes, deux mineurs et un majeur, vont être présentées à un juge ce mardi en vue d'une mise en examen pour tentative de meurtre sur personne vulnérable, en l'occurrence, un homme de 57 ans, en grande précarité, qui se trouve depuis en état de mort cérébrale.

La vidéosurveillance utile

Les images de vidéosurveillance ainsi que plusieurs témoignages ont permis de mieux comprendre le déroulement des faits et de connaître les rôles des six gardés à vue dans cette affaire. Trois d'entre eux, deux majeurs et un mineur, ont été libérés car s'ils ont assisté aux violences, leur participation active n'a pas été établie pour l'instant selon le procureur de la République de Nancy, François Pérain.

Frappé sur la base d'une rumeur ?

En revanche, l'exploitation des images et les différents témoignages permettent de mieux comprendre ce qu'il s'est passé. La victime aurait reçu plusieurs violents coups de pieds et de poing à la tête, alors que celle-ci était à terre. En ce qui concerne le mobile, l'un des auteurs évoque une rumeur selon laquelle la victime se serait livrée à une exhibition sexuelle à l'égard d'une enfant. Selon le parquet de Nancy, l'auteur présumé, en avril 2019, avait accusé à tort un de ses éducateurs de pédophilie.

Une information judiciaire a été ouverte pour tentative de meurtre sur personne vulnérable. Les trois suspects devraient être mis en examen. Leur placement en détention a été requis. Les deux mineurs étaient en fugue de leurs foyers respectifs. Le majeur, sorti de prison le 7 juin, était sous le coup de deux mesures de mise à l'épreuve. 

Choix de la station

France Bleu