Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La révocation demandée pour trois policiers rouennais pour des propos racistes, sexistes et homophobes

Trois gardiens de la paix rouennais devant le conseil de discipline à Rennes ce mardi après-midi. Trois adjoints de sécurité seront entendus ce jeudi. Leur révocation a été demandée pour avoir échangé des propos racistes sur un groupe de discussion privé.

Les policiers échangeaient des propos racistes, sexistes et homophobes sur un groupe de discussion privée.
Les policiers échangeaient des propos racistes, sexistes et homophobes sur un groupe de discussion privée. © Radio France - Marie Rouarch

L'affaire avait été révélée en décembre 2019. Un policier rouennais, noir, avait découvert que certains de ses collègues échangeaient des propos racistes, sexistes et homophobes sur un groupe de discussion privé. Certains de ces messages le visaient directement. Depuis, deux enquêtes ont été ouvertes. Une enquête administrative notamment, menée par l'IGPN, la police des polices, qui a débouché sur le renvoi des six fonctionnaires devant le conseil de discipline.

Les trois gardiens de la paix ont été entendus ce mardi après-midi. Les trois adjoints de sécurité le seront ce jeudi. Ensuite, le conseil de discipline rendra un avis et des propositions de sanctions, qui peuvent aller de l'exemption temporaire de fonction, à la mise à la retraite d'office, jusqu'à la révocation pure et simple. Selon nos information, c’est cette dernière qui a été demandée. Cet avis sera transmis au Ministère de l'Intérieur qui habituellement doit trancher dans les 5 ou 6 mois qui viennent. Mais dans un contexte où le racisme au sein de la police fait débat, "la décision pourrait être prise très très vite" assure un syndicaliste. 

Parallèlement, l'enquête judiciaire suit son cours après la plainte pour "provocation non publique à la discrimination raciale", "diffamation non publique à caractère racial" et "injures non publiques à caractère racial". Plainte déposée par le policier noir directement visé par certains propos de ses collègues. Le jeune homme a été entendu il y a deux semaines par l'IGPN indique son avocate. Les policiers mis en cause devraient l'être dans la foulée, mais à ce stade de la procédure, le Parquet de Rouen ne fait "aucun commentaire", indique le Procureur de la République. Quoiqu'il en soit, les six fonctionnaires ne risquent qu'une peine d'amende sur le plan judiciaire, puisque ces échanges étaient privés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu