Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes dans les Alpes-Maritimes : trois radars détériorés

jeudi 22 novembre 2018 à 16:58 Par Jean-Baptiste Marie, France Bleu Azur

Trois radars ont été détériorés dans les Alpes-Maritimes ce jeudi. Les gilets jaunes sont en cause, selon la préfecture. L'État annonce porter plainte systématiquement dans ce type de méfaits. Deux personnes ont déjà été condamnées pour ces dégradations.

Le radar de Valbonne
Le radar de Valbonne © Maxppp - .

Valbonne, France

Le préfet des Alpes-Maritimes a porté plaintes. Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, trois radars de vitesse ont été détériorés dans le département : à Saint-Paul-de-Vence, Roquefort-les-Pins et Valbonne. L'État annonce qu'il portera plainte systématiquement contre ces actes. Ainsi quatre plaintes (dont deux pour celui de Valbonne) ont été déposées par le représentant de l'État dans les Alpes-Maritimes. 

Lundi dernier, le tribunal correctionnel de Grasse a condamné deux personnes, reconnues comme les auteurs des dégradations du radar de Valbonne. L'un d'eux, âgé de 27 ans, a été condamné à deux mois d'emprisonnement ferme. L'autre, âgé de 39 ans, a écopé de 500 euros d'amende et d'une peine de six mois de prison avec sursis.

L'État dénonce ces actions : "Des chaînes ont été posées sur le centre des impôts de Grasse, des tags ont été découverts sur la sous-préfecture, détaille Jean-Gabriel Delacroy. On constate également que des radars automatiques sont occultés avec de la peintre, des sacs, des gilets posés dessus. Nous déposons plainte systématiquement", conclut le directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes interrogé par France Bleu Azur.