Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trois salariés de Renault Trucks Limoges mis en cause pour des vols de métaux dans l'usine

mercredi 11 avril 2018 à 18:55 Par Françoise Pain, France Bleu Limousin

Des vols de matériaux et d'outillage ont été commis pendant plusieurs mois à l'usine Renault Trucks Volvo de Limoges.L'enquête a débouché sur l'interpellation de trois salariés. Une partie du butin a d'ailleurs été retrouvée au domicile de deux d'entre eux.

La police a retrouvé au domicile de 2 salariés des centaines de kilos de boulons en laiton
La police a retrouvé au domicile de 2 salariés des centaines de kilos de boulons en laiton - police nationale

Limoges, France

Les vols ont eu lieu dans l'usine Renault Trucks Volvo implantée à Limoges, en zone industrielle nord. Depuis des mois l'entreprise avait constaté que du matériel disparaissait régulièrement. L'enquête menée début mars par la police a débouché sur la mise en cause de trois salariés. Au domicile de deux d'entre eux les enquêteurs ont retrouvé une partie du butin : des sacs et des caisses remplies de kilos de boulon en laiton et autre matériau métallique  ainsi que de l'outillage en quantité. 

les métaux étaient revendus à des ferrailleurs

Selon les enquêteurs les salariés revendaient à des ferrailleurs les pièces métalliques dérobées, ils écoulaient ainsi du laiton, du cuivre ou encore de l'aluminium. La société Renault Trucks estime que le préjudice est au moins de 15 000 euros.

La police poursuit ses investigations. Les 3 salariés ont été remis en liberté à  l'issue de leur garde à vue, mais devront répondre de leurs actes devant le Tribunal Correctionnel de Limoges. L'audience est prévue en octobre prochain.