Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Enfants fauchés à Lorient : "Ce qu'il manque, c'est un pardon et la vérité"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique, France Bleu

Le 9 juin dernier, deux enfants sont renversés par un chauffard à Lorient. L'aîné meurt, le plus jeune est grièvement blessé. Trois semaines après cet accident, l'avocat des familles des victimes a fait le point sur l'enquête et sur l'état de santé du petit garçon hospitalisé.

Aux côtés de l'avocat des familles, les pères des victimes prennent la parole pour la première fois
Aux côtés de l'avocat des familles, les pères des victimes prennent la parole pour la première fois © Radio France - Soisic Pellet

Lorient, France

C'était il y a trois semaines. Deux enfants sont fauchés par une voiture au nord de Lorient. L'aîné de 9 ans meurt sur le coup, son cousin âgé de 7 ans est grièvement blessé. Mais il va mieux. Son père a tenu pour la première fois à prendre la parole pour donner de ses nouvelles lors d'une conférence de presse organisée dans les locaux de l'association culturelle turque de Lorient. L'avocat des familles des victimes maître Philippe Courtois était également présent pour faire le point sur l'enquête. 

Samet va mieux mais reste hospitalisé à Brest 

Le petit Samet va donc un peu mieux. Après sa sortie du coma au début de la semaine, le petit garçon recommence à parler. "Mais il a encore beaucoup de fractures" affirme son père. Il doit donc rester à l'hôpital Morvan de Brest pour y être opéré. 

C'est en revanche beaucoup plus dur pour les parents de Bunyamin, le garçon tué. Ils sont en Turquie depuis les obsèques mais "la maman ne mange plus, ne boit plus et ne veut pas revenir en France" explique Ali Dere, représentant des associations turques du grand Ouest. 

La passagère a demandé sa remise en liberté 

L'avocat des familles a également évoqué la demande de remise en liberté de la passagère. La réponse est attendue ce vendredi matin, par la chambre d'instruction de Rennes. Mais pour maître Philippe Courtois, "c'est beaucoup trop tôt". Il y a encore beaucoup de questions et la jeune femme donne à chaque interrogatoire des versions différentes. "Il faut simplement la vérité" demande l'avocat, "la vérité et leur pardon". Pour le moment, aucun des deux ne reconnait avoir percuté des enfants.