Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trois suspects proches de l'extrême droite incarcérés suite à l'assaut d'un bar nantais

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Trois personnes, interpellées après une bagarre au Hopopop Café dans le quartier Bouffay à Nantes, ont été placées en détention provisoire. Une information judiciaire a été ouverte. L'attaque du bar a eu lieu dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 juillet.

Une information judiciaire a été ouverte suite aux violences dans un bar de Bouffay, samedi 6 juillet, au matin.
Une information judiciaire a été ouverte suite aux violences dans un bar de Bouffay, samedi 6 juillet, au matin. © Radio France - BERTRAND BECHARD

Nantes, France

Sur les cinq suspects déférés devant le parquet de Nantes dimanche, trois sont en prison, ils ont été placés en détention provisoire, deux autres ont été remis en liberté mais doivent se soumettre à un contrôle judiciaire. Un juge d'instruction a été nommé pour enquêter sur l'attaque du Hopopop Café, un établissement situé près de la place du Bouffay à Nantes, qui a eu lieu dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 juillet.

Des hommes cagoulés ont pris d'assaut le bar

Ce samedi matin, à 0h30, une dizaine d'hommes a fait irruption dans le Hopopop café. Certains portaient des cagoules, voire des casques de moto, des gants coqués et des matraques. Ils ont agressé des clients et cassé du mobilier. D'après un enquêteur, les suspects sont "connus des milieux d'extrême droite". Certains sont Nantais, d'autres viennent de plus loin dans la région.