Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Troisième nuit de tensions à Tourcoing, après la mort d'un jeune dans un accident de la route

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Nord

Voitures brûlées, poubelles incendiées et jets de projectiles contre les policiers : troisième nuit d'émeutes jeudi à Tourcoing dans le quartier de la Bourgogne, après la mort dimanche d'un jeune homme dans un accident. 20 personnes ont été placées en garde à vue.

Voiture de police (illustration)
Voiture de police (illustration) © Maxppp

C'est la troisième nuit consécutive de violences dans le quartier de la Bourgogne, à Tourcoing , jeudi, depuis que Pierre-Elliott, 19 ans, est mort dans un accident de voiture dans la nuit de dimanche à lundi. Le jeune homme se trouvait à bord d'une automobile qui fuyait un contrôle policier et qui a percuté un arbre. Un autre passager est griévement blessé. Ce qui inquiète les forces de l'ordre, c'est que le périmètre des incidents s'est élargi cette nuit.

Jeudi matin, le quartier de la Bourgogne à Tourcoing était calme

Anne-Claire Gauchard s'est rendu à Tourcoing jeudi matin. Notre reporter a raconté ce qu'elle a vu sur France Bleu Nord à midi :

*" Je n'ai pas vu de voitures ou de poubelles brûlées, pas de projectiles par terre. Juste la marque d'un jet de pierre sur la vitrine d'une petite épicerie. Les habitants m'ont raconté qu'une dizaine ou une vingtaine de jeunes avaient tenté d'incendier un supermarché discount. Des habitants qui ne parlent évidemment que de ces trois dernières nuits, très agitées* ".

Des habitants qui critiquent le dispositif policier mis en place : des chiens, un véhicule anti-émeutes, un hélicoptère, des CRS, tout ça pour limiter les violences, selon la Préfecture. Mais pour les habitants, cela s'accompagne de provocations de la part des forces de l'ordre, ce qui attise plutôt la colère des jeunes.

De nouveaux quartiers concernés

Cette nuit, des accrochages ont eu lieu dans le quartier de la Bourgogne mais aussi à Epidème, Croix-Rouge et Pont-Rompu où les forces de l'ordre ont été visées par des jets de projectiles. A Roubaix et Wattrelos, il y a également eu quelques incidents disparates, mais on ne sait pas encore si ces événements sont liés à la mort de Pierre-Eliott.

Pour le moment, les incidents n'ont heureusement pas fait de blessés, 20 personnes ont été placées en garde à vue . Le procureur de la République de Lille, Frédéric Fèvre a annoncé la tenue d'une conférence de presse jeudi après midi à 16h30.

Un guet-apens tendu aux policiers ?

Les incidents ont démarré vers 22h. Une quarantaine de personnes a voulu en découdre avec les forces de l'ordre, jetant des pierres et des projectiles enflammés. Une vingtaine de voitures ont été incendiées, des poubelles également, pour attirer les pompiers dans des guet-apens .

Mais la soirée n'a pas dégénéré. Le dispositif de sécurité était important : une centaine de policiers était mobilisé, ainsi qu'un peloton de CRS, un véhicule anti-émeutes et un hélicoptère de la gendarmerie. Ce qui inquiète surtout les policiers, c'est qu'au fil des nuits, les incidents s'étendent géographiquement, à certains quartiers de Wattrelos et près de la frontière belge .

Inhumation de Pierre-Eliott jeudi

Une enquête administrative a été ouverte pour faire la lumière sur les conditions de la mort de Pierre-Eliott dimanche soir, a confirmé le maire de Tourcoing, l'UMP Gérald Darmanin. Une marche en la mémoire du jeune homme a rassemblé une centaine de personnes hier dans le calme. Il doit être inhumé jeudi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu