Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Trop d'animaux et des boxes trop petits : une éleveuse creusoise de chiens convoquée devant la justice

-
Par , France Bleu Creuse

Une éleveuse du nord de la Creuse était convoquée devant le tribunal de police ce mardi. Elle a dû s'expliquer entre autres sur des installations qui n'étaient pas aux normes dans son chenil en 2017. La SPA (Société protectrice des animaux) s'est portée partie civile.

Tribunal de Guéret
Tribunal de Guéret © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Guéret, France

Des boxes sales et trop petits, trop d'animaux, des registres d'entrée et de sortie qui ne sont pas tenus à jour... Ce sont les faits reprochés à une éleveuse de chiens du nord de la Creuse. Elle était convoquée devant le tribunal de police de Guéret ce mardi. Les faits remontent à avril 2017. La SPA (la Société protectrice des animaux) s'est portée partie civile. 

Des installations qui ne sont pas aux normes

En avril 2017, le chenil compte 63 chiens au lieu de 49 autorisés. Les cages son trop petites et mal éclairées. Par exemple, la maternité où les femelles mettent bas, il n'y a qu'un petit faisceau de lumière au-dessus de la porte et les cases ne font que deux mètres carré. Dans les boxes des autres chiens, le béton est abîmé. L'eau des lavages n'est pas évacuée et avec la paille, les animaux passent la journée sur du fumier. L'eau des écuelle est souillée par la paille ou les copeaux de leur litière. C'est ce que constatent les inspecteurs de la DDSPP (Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations de la Creuse), un service de la préfecture. Il sont intervenus plusieurs fois pour des rappels à l'ordre. 

Les registres ne sont pas tenus à jour

Le registre des entrées et des sorties de ses chiens n'est pas rempli quotidiennement. Le registre sanitaire, lui n'ont pas plus, n'est pas complété assez régulièrement selon la préfecture.  

"Mais il faut du temps pour se mettre en conformité et ma cliente a déjà avancé !" rétorque son avocat... "Elle fait comme elle peut c'est quelqu'un qui travaille." poursuit-il. Même s'il y a eu des améliorations depuis 2017, la situation n'est pas satisfaisante pour le procureur. Il requiert 800 euros d'amende avec sursis et 500 euros pour les différentes contraventions évoquées. 

La SPA a demandé 1500 euros de dommages et intérêts et 1000 euros pour les frais judiciaires.

La décision sera rendue le 21 janvier 2020.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu