Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Tuerie du musée juif : Nemmouche condamné à la réclusion à perpétuité

mardi 12 mars 2019 à 8:15 Par Germain Arrigoni, France Bleu

Le jihadiste français Mehdi Nemmouche, reconnu coupable des quatre "assassinats terroristes" commis en 2014 au musée juif de Bruxelles, a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité dans la nuit de lundi à mardi par la cour d'assises de la capitale belge.

Croquis d'audience de Medhi Nemmouche lors de son procès pour la tuerie du musée juif de Bruxelles
Croquis d'audience de Medhi Nemmouche lors de son procès pour la tuerie du musée juif de Bruxelles © AFP - BENOIT PEYRUCQ

Le djihadiste français Mehdi Nemmouche a été condamné lundi à la prison à perpétuité pour
l'attentat qui a fait quatre morts au Musée juif de Bruxelles en 2014.

Les familles des victimes et des survivants des attentats ont exprimé leur soulagement à l'issue d'un procès qui a duré deux mois, marqué par les déclarations polémiques des avocats de
Nemmouche, que les familles ont dénoncé comme étant des théories complotistes.

"La vie continue"

Mehdi Nemmouche, 33 ans, qui s'est radicalisé en prison avant de rejoindre le groupe Etat islamique en Syrie, a déclaré que "la vie continue" après l'annonce du verdict lundi soir.

Son co-accusé Nacer Bendrer, un délinquant marseillais coupable de lui avoir fourni les armes, a écopé d'une peine de 15 ans de réclusion, a aussi annoncé la présidente de la cour. Leurs peines sont assorties d'"une mise à disposition" à la justice pour une durée de 15 ans pour Nemmouche et de 5 ans pour Bendrer. Cette mesure permet une surveillance judiciaire au-delà de la peine principale.

Mehdi Nemmouche a aussi été mis en examen en 2017 à Paris pour l'enlèvement et la séquestration en Syrie par l'organisation de l'Etat islamique de quatre journalistes français, Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres, entre juin 2013 et avril 2014.