Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tulle : douze mois de prison avec sursis requis contre un guérisseur pour agressions sexuelles

mardi 6 mars 2018 à 20:45 Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin

Un septuagénaire corrézien comparaissait lundi au tribunal correctionnel de Tulle pour agressions sexuelles et exercice illégal de la médecine. Quatre femmes l'accusent d'attouchements ou de tentatives et d'actes de pénétration lors de séances de soins énergétiques.

Le jugement sera rendu le 3 avril
Le jugement sera rendu le 3 avril © Radio France - Philippe Graziani

Corrèze, Tulle, Liginiac

L'homme est un ancien enseignant en retraite. Depuis 2011 il proposait des séances de soins énergétiques. C'est au cours de certaines de ces séances qu'il se serait livré à des attouchements, et dans un cas à une pénétration du sexe avec les doigts, sur trois de ses patientes et tentatives sur une quatrième. Ce mardi à l'audience il a nié en bloc toutes ces accusations.

Un manipulateur

"C'est du délire". C'est ainsi que répond à chaque fois le septuagénaire aux accusations de ses quatre anciennes patientes. "Pour vous ce sont donc quatre menteuses et vous seul dites la vérité" demande la présidente du tribunal. Et d'ajouter : "Mais pourquoi s'acharnent -elle sur vous ?" "Je ne sais pas moi !" répond l'homme en haussant les épaules. L'homme est un pervers a cependant conclu l'expert psychiatre qui l'a auditionné. Un manipulateur également qui avait monté "un stratagème" explique Martine Gout, l'avocate d'une des plaignantes pour attirer ses victimes. Le septuagénaire sans se démonter, et très sérieusement, demande pourquoi il aurait fait çà puisque "ça ne sert à rien pour les soins énergétiques". 

Il demandait aux femmes d'enlever leurs vêtements

Il est toutefois bien obligé de reconnaître qu'il a demandé à certaines patientes d'enlever des vêtements pour qu'il sente mieux les points d'énergies. "Mais si je leur avait fait çà elles ne seraient pas revenues après pour d'autres soins se défend-il encore". Un argument qui ne tient pas selon la procureur citant d'autres affaires avant de requérir 12 mois de prisons avec sursis. Le jugement sera rendu le 3 avril.