Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

L'auteur du tir qui a éborgné Manu Coisne identifié par le Monde, une première victoire pour le gilet jaune

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Un journaliste du Monde a identifié le CRS qui aurait tiré sur l'intérimaire qui a perdu son œil le 16 novembre dernier à Paris, un tir qui n'était pas réglementaire selon son enquête vidéo qui recoupe de nombreuses vidéos d'amateurs et de journalistes.

Manu et Séverine, sa compagne contents de cette première avancée dans l'enquête
Manu et Séverine, sa compagne contents de cette première avancée dans l'enquête © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

Valenciennes, France

Après des heures de visionnage de vidéos sur la place d'Italie à Paris  le 16 novembre dernier, le journaliste Arthur Carpentier a identifié le projectile qui aurait éborgné Manu Coisne, gilet jaune valenciennois. Dans une enquête vidéo de 11 minutes, on découvre le CRS qui aurait tiré de façon non réglementaire une grenade lacrymogène, une grenade tirée avec un angle de 15° alors qu'elles doivent être tirées en cloche, c'est à dire avec un angle à 45°. Un projectile équipé d'un dispositif à propulsion à retard qui s'ouvre à 100 mètres alors que le manifestant était à 55 mètres.

Si une information judiciaire a été ouverte pour "violences volontaires avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique, en réunion, ayant entraîné une infirmité permanente" et qu'une enquête de l'IGPN, la police des polices est aussi en cours, cette enquête journalistique est déjà une première victoire pour Manu

C'est déjà une bonne petite réussite pour nous, d'identifier le tireur, si on était passé par l'IGPN on aurait attendu au moins un an pour savoir qui, parce que l'IGPN n'est pas impartiale

D'ailleurs Manu refuse depuis le début d'être auditionné par l'IGPN. 

Pour lui cette vidéo est une preuve flagrante des violences policières, de quoi raviver "la rage" du militant. Pour Sévérine, sa compagne, l'enquête montre bien que ce sont des violences gratuites 

Les CRS avaient effectivement reçu des pavés, mais qui venaient complètement de l'autre côté, dans ce cas là pourquoi tirer sur les gens qui sont tranquilles et pas du côté où ça chahute et où c'est le chaos

Le reportage de Rafaela Biry-Vicente

Me Arié Alimi qui défend le gilet jaune réclame le départ du préfet de police de Paris mais aussi des excuses des différentes autorités

Des excuses du commissaire Le Bars qui avait déclaré que c'était un manifestant qui avait tiré la grenade, ce type d'explication qui vise à empêcher la mise en cause et la responsabilité des forces de l'ordre. Des excuses aussi du ministre de l'intérieur qui devrait reconnaître le caractère systémique de ces violences policières et modifier le maintien de l'ordre et l'usage de ses armes lors des manifestations

En attendant, l'intérimaire qui a perdu l'usage de son œil ne peut plus travailler, il souffre de migraines et de vertiges, avec l'impression que "sa vie est au point mort". Une situation difficile pour le militant mais qui n'entame pas ses convictions, ce matin encore il était à la manifestation contre la réforme des retraites à Valenciennes avec sa compagne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu