Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ultra droite : les 2 suspects interpellés en Corse mis en examen

jeudi 28 juin 2018 à 15:36 Par Pierre-Louis Sardi et Olivier Castel, France Bleu RCFM

Les 2 personnes interpellées dans la région d’Ajaccio samedi soir en même temps que 8 autres sur le continent ont été mises en examen hier pour association de malfaiteurs terroristes. Elles sont soupçonnées d’appartenir au groupe AFO

10 membres de l'Ultra droite mis en examen
10 membres de l'Ultra droite mis en examen © Maxppp - .

Corse, France

Un passage à l’acte violent, aux contours encore flous

Agés de 32 à 70 ans, ils ont tous ont été mis en examen pour « association de malfaiteurs terroristes criminelle », certains étant aussi mis en cause pour des infractions sur les armes et pour la fabrication et la détention d’engins explosifs en relation avec une entreprise terroriste.

Une récupération politique

Bernard Sorel, qui avait été interpellé samedi soir par les policiers du RAID et de la DGSI dans un appartement d’une résidence de la route des Sanguinaires, à Ajaccio,  a été écroué. Il est suspecté d’avoir participé à un trafic d’armes  et d’explosifs afin de militariser un groupe violent. Accusations réfutées par ses avocats qui dénoncent une récupération politique du dossier. 

Me Anna-Marie Sollacaro, le défend en expliquant qu'aucun projet terroriste n'était prévu, et que l'AFO n'est pas basée sur l'action violente mais la défense contre le terrorisme islamiste.

Me Anne-Marie Sollacaro

Ressorti libre

Egalement interpellé samedi soir mais son village de Bisinao  en Corse du sud, Jean-Joseph Casamarta est lui ressorti libre du palais de justice de Paris. 

Agé d’une cinquantaine d’années, le restaurateur d’Albitreccia nie lui aussi les fait qui lui sont reprochés. Il concède connaitre Bernard Sorel qui fréquentait son restaurant, mais réfute toute lien politique avec lui.

Me Lucien Feli - Aucun(e)
Me Lucien Feli - .

Son avocat, Me Lucien Feli accuse aussi les enquêteurs et les médias de vouloir  « corsiser » l’affaire

Me Lucien Feli, qui défend Jean-Joseph Casamarta

AFO

Nommé « Action des Forces Opérationnelles »,  ce mouvement de l’ultra droite mis en cause proclame sa volonté de lutter contre le « péril islamiste » notamment sur le site internet « Guerre de France ».

Selon les enquêteurs, il était sous surveillance depuis quelques mois, depuis qu’il avait commencé à recruter de nouveaux membres sur tout le territoire, pour se structurer au niveau régional, donc en Corse.

Le procureur du parquet anti-terroriste avait ouvert une information judiciaire pour association de malfaiteurs terroristes le 13 avril dernier.

Les enquêteurs de la DGSI auraient alors découvert un programme de formation au combat et des stages de survie. Ils auraient aussi établi qu’ils cherchaient à se procurer des armes et d’autres tentaient de fabriquer des explosifs et des grenades artisanales.