Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un adolescent toujours en garde à vue à Nantes après la découverte du corps d'une jeune femme de 19 ans

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Le corps d'une jeune femme de 19 ans a été découvert samedi après-midi dans une baignoire à Orvault, près de Nantes. Un homme est en garde à vue depuis dimanche midi. Elle a été prolongée lundi.

Illustration d'une voiture de police.
Illustration d'une voiture de police. © Maxppp - Vincent Isore

Difficile pour les enquêteurs de comprendre exactement ce qui s'est déroulé dans le quartier plaisance, à Orvault près de Nantes (Loire-Atlantique), samedi 25 janvier. Les éléments apportés par le procureur de la République démontrent le flou qui entoure la mort d'une jeune fille de 19 ans, dans l'appartement de sa mère. Un adolescent de 17 ans a été placé en garde à vue dimanche midi : celle-ci a été prolongée lundi. Pierre Sennès, procureur de la République de Nantes, affirme qu'ils "ne disposent pas d'éléments permettant de l'impliquer plus que ça". 

L'autopsie n'a pas permis de déterminer la cause de la mort

Samedi, vers 16h, c'est la mère de la jeune femme qui découvre sa fille morte, immergée dans la baignoire de l'appartement familial. La mère de famille s'était absentée pendant plusieurs heures et rentrait tout juste chez elle. Le corps présente "des hématomes et des traces de brûlures à un bras". Il n'y a pas de traces de lutte dans l'appartement, ni d'effraction sur la porte du logement. 

L'autopsie n'a pas permis de déterminer la cause de la mort. Si elle a permis d'écarter un problème de santé, elle n'a pas livré les clés du dossier. Des prélèvements ont été envoyés en analyse, notamment pour explorer les pistes de l'étouffement ou de la noyade. D'autres visent à préciser s'il y a eu une agression sexuelle. Pour l'instant, "aucun élément ne permet de faire pencher les enquêteurs pour un suicide", assure Pierre Sennès. 

L'adolescent nie toute implication dans le décès

L'adolescent interpellé dimanche est "un flirt de la victime", d'après le procureur. Il a été arrêté dimanche midi, alors qu'il se rendait chez la victime : il y était déjà venu la voir la veille. Les enquêteurs l'interrogent donc sur "leurs relations ou encore la vie de la victime". Pour autant, d'après le procureur, aucun élément ne permet de le considérer comme un suspect sérieux. Il conteste toute implication dans la mort de la jeune fille. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess