Faits divers – Justice

Un Agathois devait être jugé pour l'assassinat de sa belle-fille, son procès est reporté

Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault lundi 13 novembre 2017 à 17:30

Le procès a été reporté une date qui n'a pas encore été fixée
Le procès a été reporté une date qui n'a pas encore été fixée © Radio France - Salah Hamdaoui

Le procès pour assassinat d'un Agathois de 57 ans devait s'ouvrir ce lundi devant la cour d'assises de l'Hérault, mais il a été reporté en raison de l'absence de l'expert psychiatre. Angel Valcarcel est accusé d'avoir tué son ex-belle-fille en août 2014, sous les yeux de son enfant de cinq ans.

Le procès d'Angel Valcarcel devait s'ouvrir ce lundi après-midi et durer trois jours devant la cour d'assises de l'Hérault. L'Agathois âgé de 57 ans est accusé d'avoir assassiné son ex-belle-fille en août 2014.

Son avocat, Me Jean-Robert Phung a demandé et obtenu le renvoi de ce procès en raison de l'absence de l'expert psychiatre. Il n'y a aucun doute sur sa culpabilité selon lui mais "il va falloir expliquer le passage à l'acte or l'expert psychiatre est le pilier de la personnalité de celui qu'on juge".

"L'explication n'est pas factuelle puisqu'il reconnait les faits, elle est obligatoirement psychologique ou psychiatrique."

Me Jean-Robert Phung, l'avocat de la défense

La cour d'assises a entendu ces arguments estimant que l'absence du psychiatre pourrait effectivement être préjudiciable à l'accusé. Très en colère, les proches de la victime ont crié au scandale en quittant la salle d'audience.

Il se rend à la police après avoir tué Vanessa

Le 30 août 2014 à 8 heures, Angel Valcarcel se présente au commissariat d'Agde : "Je viens de buter ma belle fille, dit il. Mon fils est vengé".

Au 1er étage du 17 rue Terrisse, les policiers découvrent Vanessa Mayor en chemise de nuit, le corps gisant dans une flaque de sang, criblé de balles. Une dizaine de blessures au total.

Âgé de 5 ans, il est témoin du meurtre de sa mère

Quelques minutes plus tard, un enfant sort de la pièce à côté. C'est un petit garçon de 5 ans, le fils de la victime. Il a été témoin du crime et pourra mimer la scène montrant que son "papé" avait même tiré sur sa mère à terre.

Un peu plus tard, sur la foi de ce que leur dit l'auteur des coups de feu, ils retrouvent l'arme du crime dans une poubelle à l'angle de la rue : un pistolet automatique de gros calibre emballé dans un sac isotherme ainsi qu'une paire d egants et un chargeur vide ppouvant contenir 10 balles.

Une veuve un peu trop joyeuse

L'enquête révélera qu'il existait un lourd contentieux entre Vanessa Mayor et Angel Valcarcel. Son fils, qui s'appelait Angel lui aussi, s'est pendu chez lui un an plus tôt à l'âge de 26 ans. Une thèse à laquelle il n'a jamais cru.

Angel père pense que son ancienne belle-fille est responsable du décès d'Angel fils et qu'elle ment sur les circonstances de sa mort. Devant une amie de Vanessa, il l'accuse même de l'avoir tué.

Dans les mois qui suivent, il lui reproche également d'être une veuve un peu trop joyeuse. Elle ne respecte pas le deuil selon lui en portant des vêtements inappropriés ou en passant du bon temps au restaurant avec des amies.

Meurtre prémédité ou non ?

Angel Valcarcel, 57 ans, ne conteste pas avoir tiré sur Vanessa Mayor. Devant les policiers, il invoque d'abord un trou noir et dit qu'il a "pété les plombs" en ouvrant le feu sur elle sans pouvoir s'arrêter.

Plus tard, il dira aussi qu'il regrette son geste mais qu'il ne l'a jamais prémédité.