Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un agriculteur sarthois agressé au lendemain d'un épandage

-
Par , France Bleu Maine

Un agriculteur de Saint-Aignan, entre Bonnétable et Marolles-les-Braults, a été frappé par un habitant qui lui reprochait un épandage de lisier. L'agression s'est produite en début d'après-midi, jeudi 27 août, dans la mairie de Saint-Aignan.

Touché au visage et aux côtes, Philippe Royer a reçu un arrêt de travail d'une semaine.
Touché au visage et aux côtes, Philippe Royer a reçu un arrêt de travail d'une semaine. © Radio France - Alexandre Chassignon

Il venait pour discuter, jeudi dernier, il est reparti le visage en sang et avec une semaine, au moins, d'arrêt de travail. Philippe Royer, 57 ans, a de nombreuses contusions au visage, des douleurs aux côtes.

"La veille, raconte cet agriculteur installé en Gaec, nous avons épandu du lisier de veaux. Cet individu m'a laissé plusieurs messages téléphoniques le matin pour se plaindre. Quand il m'a vu c'est venu aux coups tout de suite. Je suis tombé à terre, je saignais du nez. Je savais que cette personne était violente mais je ne pensais qu'on en arriverait là. Il est toujours sur la commune, il a menacé de s'en prendre aux animaux. Depuis, ma femme et moi nous avons la boule au ventre."

Un récit confirmé par le maire de la commune de Saint-Aignan (Sarthe), Éric de Villemarest, témoin de la scène. Lui-même a déposé une main courante après avoir reçu des menaces de la part de l'auteur de l'agression. C'est son premier adjoint, Fabrice Raymond, qui est intervenu pour mettre fin aux violences.

"Pas de solution miracle"

Philippe Royer s'interroge, alors qu'il assure faire son possible pour limiter les nuisances des épandages. "J'ai épandu au plus près à 400 mètres des maisons. A chaque fois je préviens le maire et les gendarmes. Ça sent mauvais , j'en suis conscient, j'en ai discuté avec des techniciens mais il n'y a pas de solution miracle. On se dit mince, la prochaine fois qu'on va épandre quelque chose, que va-t-il se passer ?"

Philippe Royer a porté plainte vendredi. Les gendarmes de la Sarthe continuaient, ce mercredi, les auditions de témoins.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess