Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Le Bataclan n'était qu'une mise en bouche" : un Savoyard condamné pour apologie du terrorisme

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Un Savoyard de 26 ans, jugé lundi à Chambéry, a été condamné à six mois de prison pour apologie du terrorisme et détention d'images pédopornographiques. Dans un message posté sur internet, il fait référence à l'attentat du Bataclan et à l'assassinat de Samuel Paty.

Salle d'audience du palais de justice de Chambéry (Savoie), 8 octobre 2020.
Salle d'audience du palais de justice de Chambéry (Savoie), 8 octobre 2020. © Radio France - Luc Chemla

"Non, je ne suis pas un islamiste, ni un pédophile... mais un con, oui." Un Savoyard de 26 ans a été condamné ce lundi à six mois de prison. Il était jugé à Chambéry pour apologie du terrorisme et détention d'images pédopornographiques. 

Tout part d'une "embrouille"

Le 16 octobre, peu après l'assassinat de Samuel Paty, il envoie le message suivant, en privé, à un internaute sur le site "jeuxvideo.com" : "le Bataclan n'était qu'une mise en bouche. Là, un de tes frères a perdu sa tête". Choqué, son interlocuteur fait alors une capture d'écran et l'envoie à l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication. Les enquêteurs vont chez lui, fouillent son ordinateur et tombent alors sur plusieurs centaines de vidéos et images pédopornographiques. 

"Je n'en veux pas à la France"

"C'est juste une embrouille, il m'a envoyé des messages racistes, le ton est monté et j'ai voulu le blesser. Je ne le pensais pas. Je n'en veux pas à la France et ne soutiens pas les islamistes". D'origine maghrébine, le jeune homme se dit non musulman et même "contre l'islam", qu'il juge "liberticide". Au sujet des vidéos, il explique qu'il les a téléchargées sur un site sans savoir au début ce que c'était. Il les a ensuite regardées "par curiosité malsaine" et "avait oublié qu'il les avait". 

Une personnalité "inquiétante"

Chemise blanche, veste noire, l'étudiant est calme et répond sans hésitation. Le rapport du psychiatre le présente pourtant comme un homme "dépressif, aigri et présentant un trouble existentiel, un trouble de la personnalité." Un avis partagé par la procureure de la république "sa personnalité est inquiétante. Il minimise les faits, et est à la limite de passer d'un extrême à l'autre." Son avocate met avant que ce jeune homme, qui passe beaucoup de temps sur l'ordinateur enfermé dans sa chambre, "a besoin de soin pour se trouver" mais n'a pas mauvais fond.

Inscrit au registre des délinquants sexuels

En plus des six mois de prison, le prévenu a l'obligation d'être suivi par un psychiatre et l'interdiction de travailler ou d'être bénévole au contact de mineurs. Il est également inscrit sur le Fichier des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess