Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un ancien étudiant jugé après le coma éthylique mortel d'un camarade

mardi 1 octobre 2013 à 10:55 Par Pierrick de Morel, France Bleu

Un ancien élève de l'école Centrale comparaît mardi devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour "homicide involontaire". En 2005, un de ses camarades a été victime d'un coma éthylique lors d'une soirée très arrosée sur le campus.

La Vodka fait partie des premiers alcools déjà testés des adolescents
La Vodka fait partie des premiers alcools déjà testés des adolescents - CC-BY preetamrai via Flickr

Chatenay-Malabry, 25 septembre 2005. Une soirée étudiante de Centrale Paris, l’alcool qui coule à flot et un étudiant qui boit trop, beaucoup trop, au point de décéder à la suite d’un coma éthylique. L’autopsie a révélé qu’il avait 4,17 g d’alcool dans son sang.

C’est pour répondre de la mort de Thomas Alexander, 19 ans au moment du drame, que l’Association des résidents (Adr) de Centrale et son ancien président sont jugés mardi au Tribunal correctionnel de Nanterre pour homicide involontaire.

Le jeune homme a enchaîné les verres de vodka-cointreau au point de perdre connaissance, sans que personne ne l’empêche de boire et n’appelle les secours, comme le déplore l’avocat de la famille qui a porté plainte en 2007.

La fin des open-bars

Cette affaire n’était pas restée sans suite, puisqu’elle avait provoqué une prise de conscience de la part des politique sur les excès de certaines soirées étudiantes. Les débats avaient abouti en 2009 à l’adoption d’une loi qui prévoit notamment la fin des open-bars, ces fêtes souvent organisées en partenariat avec des grandes marques d’alcool, et dont l’entrée est payante mais où l’alcool est ensuite gratuit et à volonté.