Faits divers – Justice

Un ancien instituteur perpignanais condamné pour agressions sexuelles

Par Anne-Natacha Bouillon, France Bleu Roussillon jeudi 9 avril 2015 à 17:44

Maître Fabien Large, avocat des parties civiles
Maître Fabien Large, avocat des parties civiles © Radio France - Anne-Natacha Bouillon

Un instituteur de 60 ans, aujourd'hui à la retraite, écope de deux ans de prison dont neuf mois fermes. En 2011, il avait sexuellement agressé deux de ses très jeunes élèves. Sa peine pourrait être aménagée.

"C'est l'incompréhension. Lorsqu'il y a des atteintes aux biens, on est sanctionné plus lourdement que lorsqu'on tripote des gamins de 5 ans. "

Fabien Large, l'avocat de la famille de ces deux garçons a du mal à digérer le jugement rendu ce jeudi par le tribunal correctionnel de Perpignan. Il a condamné un ancien instituteur à 2 ans de prison dont 15 mois avec sursis pour agressions sexuelles. En 2011, alors qu'il était en charge d'une classe de CP, il a invité à plusieurs reprises, deux élèves à monter sur ses genoux. S'ils faisaient bien leur devoir c'était un bisou, sinon, il leur pinçait leur zizi .

Des faits inacceptables pour Maître Large. La condamnation n'est pas proportionnée.

"On ne voit pas comment on peut se faire tripoter par un instituteur et continuer à avoir une vie sans y penser. C'est impossible."

Instit pédophile Partie civile

Si le casier judiciaire de ce perpignanais ne porte trace d'aucune condamnation, l'éducation nationale savait qu'il avait des problèmes d'alcoolisation et de comportement. Ses difficultés avaient été signalées à l'inspection d'académie dès 2001. Un inspecteur avait signalé que l'instituteur était malade et qu'il devait se soigner immédiatement. En 2003, il avait été mis à pied après une plainte pour attouchement. L'affaire a été classée sans suite. L'homme a pu continuer son cursus.

En 2009, il est nommé dans une nouvelle école pour sa fin de carrière. Et en 2011, deux nouvelles plaintes de garçonnets. Il a été placé sous contrôle judiciaire avec obligation de se soigner. Depuis l'homme de 60 ans est à la retraite. Outre sa condamnation à 9 mois de prison ferme, l'homme a l'interdiction à vie d'exercer une activité professionnelle et bénévole avec des mineurs.

Son avocat, maître Saki Akdag se dit satisfait. La peine de prison ferme devrait être aménageable, son client n'ira pas en prison. Une affaire qui survient au milieu de plusieurs scandales de pédophilie au sein de l'éducation nationale.

"J'avais peur que l'actualité vienne fausser les débats, fort heureusement, le tribunal a jugé le cas particulier dans son contexte."

Instit pédophile défense

L'homme ne devrait pas faire appel de son jugement, le parquet non plus puisque la condamnation est la copie conforme de ses réquisitions lors des débats il y a une semaine.